Warner Bros. profite à son tour de la manne gouvernementale

La première ministre Pauline Marois et le patron de Jeux WB Montréal, Martin Tremblay
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La première ministre Pauline Marois et le patron de Jeux WB Montréal, Martin Tremblay

Le gouvernement Marois justifie sa décision d’élargir la couverture du crédit d’impôt pour la production de jeux vidéo en faisant valoir qu’elle est profitable pour le Québec et que la concurrence est vive dans cette industrie.

 

En marge de l’annonce de la création de 100 nouveaux emplois chez Jeux WB Montréal, vendredi, la première ministre Pauline Marois a défendu cet incitatif financier, qui couvre jusqu’à 37,5 % des salaires des employés admissibles. Davantage d’emplois sont maintenant couverts par cette mesure, puisque la limite de 36 mois relative à la période d’admissibilité des travaux de production a été abolie afin de répondre aux nouvelles réalités de l’industrie du jeu en ligne.

 

L’an dernier, ce crédit d’impôt avait coûté 128 millions au Trésor québécois.

 

« La concurrence est très vive, autant dans le reste du Canada qu’aux États-Unis, a-t-elle dit. Quand on calcule les retombées en termes de recettes fiscales, il y a un gain réel pour le Québec. »

 

La filiale de la société américaine Warner Bros. Home Entertainment agrandira, au coût de 63 millions sur cinq ans, son studio de Montréal en plus d’acheter de l’équipement. Une centaine d’emplois devraient être créés. L’entreprise, qui compte actuellement 325 employés permanents, recevra de Québec une aide non remboursable de 1,5 million. Lundi, c’est Ubisoft qui avait annoncé la création de 500 emplois sur sept ans. En échange d’une aide financière de 9,9 millions, la société française investira 373 millions pour son nouveau studio, qui lui permettra de s’attaquer au créneau du jeu en ligne.

 

Selon la première ministre, le jeu en vaut la chandelle, puisque l’industrie des jeux vidéo compte quelque 90 entreprises qui emploient 8000 personnes dont le salaire moyen est d’environ 70 000 $.

 

« Le fait que nous soyons un leader mondial dans ce domaine attire d’autres investissements », a expliqué Mme Marois, questionnée quant à la décision d’élargir les crédits d’impôt. « Plus la masse critique devient intéressante, plus l’impact économique est grand », a-t-elle ajouté.

 

Selon la première ministre, l’agressivité des concurrents, dont Toronto, force la main du Québec à aider financièrement les entreprises du secteur des jeux vidéo. « Les autres [concurrents] ne baissent pas les crédits, eux, a dit Mme Marois. C’est avec cette concurrence-là que nous avons à jouer. »

À voir en vidéo

6 commentaires
  • Richard Coulombe - Inscrit 5 octobre 2013 05 h 44

    Et l'électricité ...

    Madame Marois, faudrait appliquer la même philosophie aux tarifs d'électricité ....

  • alain maronani - Inscrit 5 octobre 2013 11 h 31

    Subventions...

    Et hop...une petite subvention...avec le sourire...et avec de l'argent que nous n'avons pas...

    Hop..hop...en plus chez Warner Bros. dont la majorité des studios de créations sont ailleurs (Londres, Hollande) tout se passe en anglais....bonjour la loi 101...

    8000 emplois a 70.000 $ soit la bagatelle de 560 millions de $...soit plus ou moins 180 millions de $ de subventions année après année...

    Les firmes d'informatique comme Microsoft, CGI, Fujitsu, IBM, que des pauvres, ont empochés, au Québec, près de 300 millions de $ de subventions l'année dernière....

    Pour le secteur du jeu ceci dure depuis plus de 10 années...Toronto fait plus, mais ce ne sera pas suffisant...nous allons faire mieux...

    Quand on est désespéré et que l'on veut montrer que l'économie n'est pas dans le fond du baril, on est prêt a tout....

    La semaine prochaine la PM se déplace chez Pratt & Whitney, des économiquement faibles..., autre entreprise appartenant a United Technologies pour annoncer des subventions...déjà accordées par le gouvernement précédent...

    Hop..hop...nous en sommes a près de 8 milliards de $ de subventions par année au Québec...

    Vous avec bien lu... c'est 35 millions de $ de subventions par journée ouvrable...durant l'année....(220 jours ouvrables...)

    Jusqu'a QUAND ?

    • Claude Smith - Abonné 5 octobre 2013 12 h 41

      Alors que proposez-vous pour faire du dévéloppement économique au
      Québec ? Malheureusement, tous les pays et les autres provinces agissent de la même manière et se font concurrence.

      Claude Smith

    • Maxime Dion - Inscrit 5 octobre 2013 13 h 20

      @alain maronani

      Vous avez oublié le congé fiscal provincial sur le capital des pauvres banques (quelque 600 millions par année, me semble-t-il)

      Le gouvernement se prive de recettes fiscales, au détriment des citoyens.

      Pas difficile de comprendre pourquoi se sont toujours les mêmes têtes d'affiche que l'on retrouve élections après élections...

      Le peuple manque de pains... Mais ! Qu'il mange des gâteaux, comme disait l'autre...

    • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 5 octobre 2013 17 h 00

      C'est quelque chose que j'ai toujours du mal a comprendre. Bon oui créer de bons emplois avec des subventions je veux bien, mais pourquoi subventiooner des capitaux étrangers.

    • alain maronani - Inscrit 5 octobre 2013 22 h 35

      Ma réponse est simple, capitaux étrangers ou pas AUCUNE subvention...
      pas plus que de congé fiscal...pour les banques ou les autres...

      Diminution des impôts...retour de l'argent chez les contribuables, qui vont consommer.

      Création d'emplois qui correspondent a des emplois réels, par par les compagnies, pas des emplois subventionnés. Les firmes s'en vont à la fin des subventions. Il suffit de voir ce qui s'est passé en Irlande....

      C'est pour cela que je suis pour une fois, d'accord avec Harper, pour la suppression des avantages fiscaux accordés aux fonds syndicaux. On voit ce que ca donne a la commission Charbonneau...copins et coquins...

      Pour ceux qui se lamentent des subventions accordées aux firmes qui ne sont pas québécoises allez-donc voir les subventions que touche Bombardier en Europe....