La troïka décerne une bonne note au Portugal

Maria Luis Albuquerque, ministre des Finances, et Paulo Portas, vice-premier ministre.
Photo: Agence France-Presse (photo) Patricia De Melo Moreira Maria Luis Albuquerque, ministre des Finances, et Paulo Portas, vice-premier ministre.

Lisbonne — La troïka (UE-BCE-FMI) représentant les bailleurs de fonds du Portugal a affirmé jeudi que le plan de rigueur de ce pays restait « sur les rails », et a salué la détermination du gouvernement à le mettre en oeuvre.

 

« Le programme reste globalement sur les rails et les autorités [portugaises] sont déterminées à atteindre ses objectifs », ont indiqué le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne dans un communiqué conjoint.

 

Le gouvernement portugais avait annoncé un peu plus tôt avoir obtenu un nouveau satisfecit de ses créanciers dans le cadre du plan d’aide international de 78 milliards d’euros accordé à Lisbonne en mai 2011. La conclusion des 8e et 9e évaluations du programme de rigueur et de réformes ouvre la voie au déboursement d’une nouvelle tranche de crédit de 5,6 milliards d’euros, a précisé la troïka des créanciers.

 

« Les autorités ont réaffirmé leur engagement à respecter l’objectif de déficit public de 4 % du PIB en 2014 », a précisé la troïka, alors que Lisbonne avait tenté de négocier un assouplissement de cet objectif, à 4,5 %. « Une mise en oeuvre déterminée du programme aidera le gouvernement à regagner accès au financement des marchés », a précisé la troïka, alors que le plan d’aide au Portugal est censé se conclure en juin 2014.

 

Les mesures d’austérité permettant de réduire le déficit seront inscrites au projet de budget pour 2014 et « viseront à rationaliser et moderniser les administrations publiques, rendre le système de retraites plus soutenable et réduire les coûts des différents ministères », a-t-elle ajouté.

 

Pour l’année 2013, les experts de la troïka ont estimé que « l’objectif d’un déficit à 5,5 % du PIB est atteignable ».

 

« Le programme de réformes structurelles est bien avancé et sa mise en oeuvre effective sera cruciale pour obtenir des gains de productivité », ont-ils noté, citant notamment des progrès dans les domaines du marché du travail, du système judiciaire ou la réglementation de certains métiers.

 

Selon les nouvelles prévisions officielles, la dette publique du Portugal devrait atteindre 127,8 % du PIB en 2013 avant de se réduire progressivement, mais « reste soutenable » selon la troïka.