​Le gouvernement Marois met fin au projet Rabaska

Modélisation de ce qu'aurait été le port méthanier. Au nord, l'ïle d'Orléans.
Photo: Archives Le Devoir Modélisation de ce qu'aurait été le port méthanier. Au nord, l'ïle d'Orléans.
Québec — Le promoteur de Rabaska, André L’Écuyer, entend « se défendre rigoureusement » pour infléchir la décision prise par le gouvernement Marois de mettre fin au projet de port méthanier au sud de Québec.

En entrevue au Devoir, ce dernier précise toutefois qu’il n’est pas encore rendu au stade de la poursuite. « Pas pour l’instant », répond-il, précisant vouloir « rétablir les ponts avec le ministère pour faire valoir [son] point de vue ».

Il affirme que des discussions ont cours depuis des mois avec le gouvernement pour réactiver le bail actuel qui est expiré depuis plusieurs mois déjà et qu’il a suivi de bonne foi les indications qu’on lui avait transmises. « Aucune indication n’était ressortie que le sort du projet pourrait être scellé à partir d’un imbroglio administratif. »

Promesse électorale

C’est donc avec surprise qu’il a entendu le ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet, dire en chambre que le projet de Rabaska était « clos » et que le promoteur était « en défaut en matière de délai pour la demande de renouvellement ». C’est l’ex-ministre de l’Environnement et environnementaliste, Daniel Breton, qui a lui-même posé la question à son successeur au Salon bleu jeudi matin.

Le ministre Blanchet, qui dit avoir l’appui de l’ensemble du gouvernement, a par ailleurs indiqué que son souhait était de retourner les terres à leur vocation agricole originale. Il s’agissait d’une promesse électorale du gouvernement Marois.

« Rabaska, c’est fini, a claironné le ministre quelques minutes avant la période de questions. Il n’y a plus de processus à suivre, ils n’ont pas profité de ce que le bail aurait pu leur offrir comme démarche pour une reconduction et je n’ai aucun appétit pour cette reconduction. »

Réactions partagées

Du côté de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, qui s’était farouchement opposée à ce projet il y a quelques années, on estime qu’il s’agit d’une « sage décision » du gouvernement Marois.

Les représentants de la Chambre de commerce de Lévis parlent pour leur part d’une « décision complètement incompréhensible » et se disent « furieux ». Ils envisagent de « défendre le projet afin qu’il se réalise lorsque les conditions du marché gazier mondial seront moins défavorables ».
9 commentaires
  • Pierre-Antoine Ferron - Inscrit 3 octobre 2013 13 h 00

    Repensez.

    Bonjour,
    Ce genre d’usine est dépassée depuis longtemps. Le port pourrait servir a convertir le gaz naturel en méthanol, qui produit les mêmes bénéfices sans la cryogénie et sans la pollution associée.
    Repensez ce projet.
    Merci.

  • André Michaud - Inscrit 3 octobre 2013 13 h 03

    Devenu Inutile

    Avec l'arrivée de l'exploitation du gaz de schiste, plus besoin d'en importer car l'amérique du nord est devenu un grand producteur de gaz.

  • Marie-Michelle Poisson - Inscrite 3 octobre 2013 13 h 50

    Merci à tous les citoyens qui se sont battus tant d'années!

    Tant d'années sacrifiées à se battre pour sauver l'essentiel; une demeure, une terre ancestrale, la sécurité de tous et la beauté du monde.
    Nous ne dirons jamais assez la cruauté de ceux qui ont maintenu tant d'honnêtes citoyens sur le qui-vive pendant toutes ces années. L'inquiétude lente et lancinate de ceux qui envisageaient devoir tout perdre peut-être un jour ans jamais savoir quand...
    Je suis soulagée et heureuse.
    J'espère qu'il en sera de même pour un autre projet tout aussi inensé et cruel qui introduit le danger dans les foyers et qui laisse sans aucun recours des personnes aux prises avec 5-10- 15 ou vingt compteurs électriques émetteurs de radiofréquences à l'intérieur de logements habités; cuisines, chambres à coucher, salon, ateliers... Seront-ils malades? Certains le sont déjà devenus. Devront-ils quitter, vendre, se battre? Mon plus grand espoir est que le projet de déploiement massif des compteur «intelligents» Hydro-Québec soit un jour abandonné. Le sera-t-il pour des raisons strictement économiques, comme ici où les lois du marché ont eu plus de poids que la compassion et l'intelligence environnementale? Sans doute. Mais au moins pourrons-nous retrouver la paix et la quiétude en nos demeures.

  • alain maronani - Inscrit 3 octobre 2013 15 h 28

    Promesses qui ne changent rien....

    'En campagne électorale, Pauline Marois s'était engagée à mettre fin à ce projet de port méthanier.'

    Ah..Ah...pouquoi ne fait-elle pas la même chose MAINTENANT a propos de l'exploitation pétrolière dans le Saint-Laurent ?

    Promettre d'arreter un projet dont on savait qu'il ne pouvait se réaliser est faire preuve d'un très grand courage...

    • Nicolas Bouchard - Inscrit 3 octobre 2013 18 h 44

      C'est simple, car elle n'a jamais promis de le faire. Si jamais elle mettait fin à l'exploration pétrolière dans le St-Laurent, vous seriez de ceux criant aux promesses brisées du PQ.

      Nicolas B.

    • alain maronani - Inscrit 3 octobre 2013 20 h 51

      Désolé c'était une promesse explicite de Pauline Marois aux gens de l'endroit...

      Que font donc Breton et Martine Ouellette, sans parler du ministre du développement durable...Yves-Francois Blanchet, ancien gérant artistique du chanteur Lapointe...

      Il me semblait que tout ces gens durant la campagne électorale marchait dans les pas de Equiterre, de Green Peace, l'éolien c'est l'avenir...etc..

      Pas une promesse du PQ l'exploitation pétrolière du St-Laurent, au contraire, mais on déchirait sa chemise, en dénoncant les politiques énergétiques irresponsables du méchant gouvernement Harper, vite sus au GES...

      Et soudain..plus rien...silence ministériel, la ministre Ouellette n'accorde plus d'entrevue à la presse, Daniel Breton a été atomisé a la direction d'un comité, qui va produire un rapport, qui...

      J'attends avec impatience que le gouvernement accorde ses actes avec ses paroles et dénonciations pré-électorales, c'est tout...comme la taxe santé...et le reste...

  • Pierre Lavallée - Inscrit 3 octobre 2013 16 h 35

    Un bel éléphant "bleu"...

    Le projet Raba$ka est enfin mort et enterré...

    Ma pensée va aux familles inutilement déplacées, certaines arrachées contre leur gré à leur terre natale - comme à Mirabel ou au Parc Forillon - au nom d'un projet insensé depuis ses tout débuts.

    "Bon débarras, Rabaska" comme le notait sur son blogue le choniqueur Gary Lawrence de la revue Actualité.