Avertissement de Lockheed Martin - L’abandon des F-35 ferait perdre 10 milliards à l’industrie canadienne

Photo: La Presse canadienne (photo) Archives

Un directeur senior du géant de la défense Lockheed Martin soutient que l’industrie aéronautique canadienne pourrait perdre environ 10,5 milliards en contrats étalés sur plusieurs décennies si le gouvernement fédéral choisit de ne pas aller de l’avant avec sa commande controversée de 65 avions de chasse F-35.

 

Le vice-président exécutif de Lockheed Martin, Orlando Carvalho, affirme que la compagnie respectera des contrats d’une valeur totale de 500 millions déjà accordés à des partenaires canadiens, mais que d’autres contrats seront à risque sans la commande du gouvernement canadien.

 

« Si le gouvernement canadien décidait de ne pas choisir les F-35, nous respecterions certainement les engagements que nous avons pris avec l’industrie canadienne, mais notre approche, à l’avenir, serait d’essayer de faire des affaires avec les industries des pays qui nous achètent des avions », a-t-il affirmé lors d’un entretien suivant l’ouverture officielle des nouvelles installations d’inspection des moteurs à Montréal.

 

La compagnie Lockheed Martin estime que l’industrie canadienne pourrait potentiellement recevoir 11 milliards de contrats sur 25 à 40 ans, période pendant laquelle elle pourrait construire 3000 avions pour les armées de partout dans le monde.

 

Près de 72 entreprises canadiennes ont obtenu du travail à travers le projet des F-35. Industrie Canada a calculé que la valeur potentielle pourrait être de 9,8 milliards $US, incluant les montants des contrats déjà accordés.

 

Ottawa évalue les solutions de rechange potentielles à son plan initial, qui était d’acheter 65 appareils F-35. L’an dernier, un rapport de la firme de services-conseil KPMG avertissait que la facture totale, incluant service et entretien, pourrait s’élever à 45,8 milliards sur 42 ans.

 

M. Carvalho affirme que Lockheed continue de réduire le coût de ses F-35. Les avions coûteraient au Canada autour de 75 millions, au coût d’aujourd’hui, ou environ 85 millions avec inflation lors de leur éventuelle livraison en 2018.

 

« À mesure que les lignes de production et les connaissances gagnent en efficacité, que nous construisons de plus en plus d’avions et que la production augmente, le coût des avions ne peut que baisser », a affirmé M. Carvalho.

 

Il a ajouté que les particularités de l’avion, dont la technologie furtive et les capacités de surveillance, en font le choix idéal pour le Canada.

 

De son côté, le directeur de Boeing, le concurrent de Lockheed Martin, s’est dit la semaine dernière confiant que ses appareils F-18 Super Hornet puissent combler les besoins militaires canadiens à moindre coût.

 

Selon James McNerney, ce n’est qu’une question de temps avant que le gouvernement canadien retourne en appel d’offres.

6 commentaires
  • Martin Maynard - Inscrit 14 septembre 2013 07 h 05

    Réponse à Lockheed

    Oui mais, pensez au montant qu'on va économiser ...

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 14 septembre 2013 10 h 46

    Les miettes dorées du F-35

    Plus de 70 entreprises canadiennes ont décroché des contrats relatifs au F-35, pour une valeur d’environ 450 millions de dollars. En d'autres mots, seulement 1% du prix de ce contrat de 45 milliards$ sera dépensé au Canada. Vous avez bien lu : 1%.

    Toutefois, lorsqu'on calculle l'ensemble des retombées économiques, celles-ci seraient de l’ordre de dix milliards de dollars, selon le gouvernement Harper.

    En somme, les contribuables devraient dépenser 45 milliards$ pour en retirer un bénéfice de dix milliards$ : cet investissement représente donc une perte de 78%.

    http://jpmartel.wordpress.com/2013/05/27/les-miett

  • Josette Allard - Inscrite 14 septembre 2013 14 h 04

    Encore

    Ils n'ont donc pas abandonné la partie. Et non. J'aimerais bien voir quelles promesses leur a faites Harper.

  • Paul Michaud - Abonné 14 septembre 2013 19 h 02

    Que c'est triste!

    Cher directeur senior de Lockheed-Martin, êtes-vous en train de me dire qu'il faut à tout prix acheter vos avions parce que sinon vous serez très fâché et que vous ne voudrai peut-être plus faire affaire avec nous; que c'est triste!
    OK d'abord, on ne s'occupe plus des dépassements de coûts, ni des délais dépassés, ni de la technologie pas au point, ni de nos besoins (qui se soucie des besoins du clients?), on vous les achète vos bolides. Êtes-vous content?

  • François Dugal - Inscrit 15 septembre 2013 07 h 42

    Enrichissons notre vocabulaire

    Chantage:
    Action d'extorquer de l'argent par la menace et des déclarations fausses et mensongères.