La production pétrolière du Congo est en baisse

Denis Sassou Nguesso
Photo: Archives Agence France-Presse Denis Sassou Nguesso

Brazzaville — Le Congo a enregistré une baisse de la production du pétrolière, sa première ressource d’exportation, au cours de ces trois dernières années, une baisse qui s’explique notamment par le vieillissement des gisements d’exploitation, a indiqué lundi le président congolais Denis Sassou Nguesso.

 

« S’agissant du pétrole, il reste de loin la première source de la richesse nationale même si sa production enregistre une baisse notable. De plus de 114 millions de barils en 2010, elle est passée à 92 millions de barils aujourd’hui », a précisé le chef de l’État dans son discours sur l’état de la nation, prononcé devant l’Assemblée nationale et le sénat réuni en congrès.

 

Denis Sassou Nguesso a insisté sur le fait que, concernant la gestion des revenus du pétrole, « le Congo avait montré à la face du monde que cette dernière est totalement transparente. C’est ainsi qu’après avoir passé au peigne fin les comptes pour les exercices 2010 et 2011, les experts internationaux ont déclaré en février de cette année que notre gestion des flux financiers du pétrole a été conforme aux normes dictées par l’ITIE [Initiative pour la transparence dans les industries extractives]. Le Congo est donc de ce fait désormais pays membre conforme à l’ITIE », a-t-il précisé.

 

Face au vieillissement des gisements, le Congo s’est tourné vers d’autres secteurs d’activité, comme l’exploitation du bois, deuxième produit d’exportation. « Il importe de retenir que depuis 2002, la croissance économique nationale n’est plus portée par le pétrole seul. Les activités économiques hors pétrole n’ont de cesse de gagner de l’importance dans la dynamisation de la croissance », a souligné le président.

 

Toujours au plan économique, le dirigeant congolais, qui cumule près de 30 ans au pouvoir, a affirmé que « la richesse nationale a plus que triplé pendant la décennie écoulée. Notre PIB est ainsi passé de 2000 milliards de FCFA [4 milliards $US], à prix courant, en 2002, à plus de 7500 milliards de FCFA [plus de 13 milliards $US] en 2012 », a encore expliqué le président congolais. « De la même façon, le PIB par habitant a bondi de 886 $US en 2002 à plus de 3500 $US en 2012 », a-t-il poursuivi.

 

Parlant du chômage et de la pauvreté qui touchaient jusque-là une bonne partie de la population congolaise, il a affirmé que leur taux est en diminution. « La conséquence logique de la densification en cours de notre économie est la réduction sensible du chômage et le recul de la pauvreté. Selon les résultats des enquêtes de consommation auprès des ménages (ECOM) réalisées en 2005 et 2011, le taux de chômage au Congo a chuté de 19,4 % à 6,9 %, a indiqué Denis Sassou Nguesso. La pauvreté, appréciée à l’aune de la détention monétaire, a reculé en passant de 50,7 % de la population en 2005 à 46,5 % en 2011 », a-t-il dit.

 

La République du Congo est une ancienne colonie française riche en pétrole et qui compte 4 millions d’habitants. L’épicentre de l’activité pétrolière se situe à Pointe-Noire. Cette activité rapporte 6,5 milliards $US par an au pays mais 70 % des habitants vivent encore sous le seuil de pauvreté.

À voir en vidéo