L’UE a saisi près d’un milliard d’euros en biens contrefaits en 2012

Bruxelles — Les douanes ont saisi l’an dernier pour près d’un milliard d’euros (1,37 milliard de dollars) de produits de contrefaçon, en majorité en provenance de Chine, avec en tête les cigarettes, mais aussi les médicaments, a annoncé lundi la Commission européenne.

 

Dans son rapport annuel, la Commission souligne que le nombre d’interceptions a été stable en 2012, à plus de 90 000, avec un nombre de produits saisis en forte baisse, à 39,9 millions contre près de 115 millions en 2011. La valeur est restée très élevée, à quelque 992 millions d’euros.

 

Achats en ligne

 

Depuis trois ans, le nombre d’interceptions de petits paquets envoyés par la poste ou par colis express a fortement augmenté, selon le rapport, parallèlement au développement des achats sur Internet. En 2012, près de 70 % des interventions des douanes ont porté sur les paquets envoyés par la poste ou par coursier, et près du quart des saisies effectuées dans le trafic postal concernaient des médicaments.

 

Le Viagra reste le plus populaire, mais il y a aussi des anti-douleurs, des anti-dépresseurs et même des traitements contre le cancer.

 

Comme les années précédentes, l’écrasante majorité des biens saisis provenait de Chine (64,5 % de Chine populaire et 7,8 % de Hong Kong, qui se classe en tête pour les CD et DVD), devant les Émirats arabes unis et la Bulgarie.

 

Parmi les autres États membres de l’UE figure la Grèce avec 2 % des saisies.

 

En terme de valeur, la Chine représente plus de 87 % du total, devant la Turquie (4 %), les Émirats (2,6 %) et le Maroc (1,9 %), pays qui figure en première position pour les produits alimentaires.

 

Les cigarettes comptent pour près de 31 % des produits saisis, devant les « marchandises diverses » (bouteilles, ampoules, colle, piles, poudre à laver) avec plus de 11 %, et les matériaux d’emballage (10 %). Mais il y a aussi, outre les médicaments et la nourriture, des montres, des vêtements et des chaussures, des jouets et des produits électroniques.
 

Environ 90 % des biens saisis ont été détruits.