La récession sera moins importante que prévu cette année au Portugal

Lisbonne — La récession au Portugal devrait être moins accentuée que prévu en 2013, mais la relance espérée en 2014 sera nettement plus faible qu’attendu, a indiqué mardi la Banque du Portugal (BdP) en soulignant les effets de la crise politique que le pays traverse.

 

L’an prochain, l’économie ne devrait croître que de 0,3 %, a indiqué la BdP, alors qu’elle avait misé en mars sur une relance de 1,1 %. En revanche, pour cette année, la BdP a fait preuve d’un relatif optimisme en estimant que l’économie, en récession depuis deux ans, devrait reculer de 2 %, soit 0,3 point de moins que prévu. Cette légère révision à la hausse s’explique par une « augmentation significative des exportations » qui viendra compenser partiellement la « forte chute de la demande intérieure », a indiqué la Banque.

 

Baisse des dépenses publiques

 

Les mauvaises prévisions pour 2014, qui tiennent à « une forte baisse des dépenses publiques », sont d’autant plus préoccupantes que le plan de sauvetage de 78 milliards d’euros accordé au Portugal en mai 2011 doit précisément prendre fin l’année prochaine. En outre, aux difficultés économiques s’est ajoutée depuis deux semaines une crise politique qui, elle aussi, fait peser de sérieux doutes sur la capacité du pays à respecter le programme de réformes et de rigueur exigé par la « troïka » (UE-FMI-BCE) représentant les créanciers du pays.

 

Préoccupée par les éventuels effets de la crise, la Banque du Portugal a souligné que ses prévisions restaient « entourées d’une grande incertitude, associée aux récents développements internes et qui s’ajoute aux exigences de l’indispensable programme de redressement économique et financier ».

 

Pour surmonter la crise, déclenchée au début du mois par la démission de deux ministres clés, le président conservateur, Anibal Cavaco Silva, a appelé les trois partis qui ont souscrit le plan de sauvetage à un « pacte de salut national ». Les trois partis ont poursuivi mardi les discussions et doivent se réunir à nouveau mercredi.