Le moteur chinois s’essouffle

Des travailleurs déchargent des sacs de farine dans une rue de Shanghai. Un nouveau ralentissement inquiète les économistes, qui y voient l’essoufflement d’une économie jusqu’ici tirée par les investissements publics.
Photo: Agence France-Presse (photo) Peter Parks Des travailleurs déchargent des sacs de farine dans une rue de Shanghai. Un nouveau ralentissement inquiète les économistes, qui y voient l’essoufflement d’une économie jusqu’ici tirée par les investissements publics.

Londres — Le ralentissement de la croissance chinoise, qui s’est accentué récemment, a un effet boule de neige sur le reste du monde qui se demande désormais si Pékin réussira à prendre le virage d’une croissance équilibrée.

 

Nouvelle preuve de l’essoufflement de l’économie chinoise, le PIB du géant asiatique a vu sa croissance ralentir à 7, 5 % au deuxième trimestre contre 7,7 % au premier, selon des statistiques publiées lundi. Ces chiffres laissent planer le doute sur l’objectif officiel d’une croissance annuelle de 7,5 %.

 

Si les Bourses, qui scrutent désormais les statistiques chinoises presque d’aussi près que les statistiques américaines, ont poussé dans l’ensemble un « ouf » de soulagement, après la publication de ce chiffre conforme aux attentes, le ralentissement chinois inquiète. La réaction positive des marchés ne souligne d’ailleurs, selon Craig Erlam, analyste d’Alpari, que « la vision pessimiste que les investisseurs ont de la Chine actuellement ».

 

Car, pour beaucoup - des fournisseurs de pétrole, d’acier ou de cuivre aux fabricants d’automobiles ou de machines-outils -, le géant asiatique, l’« usine » du monde, est l’un des principaux moteurs de la croissance des pays développés comme émergents. « Le ralentissement de la Chine a un impact croissant sur les nations voisines […], la baisse de la demande chinoise, en particulier de matières premières, pesant non seulement sur les économies émergentes mais aussi sur des économies matures, comme celle de l’Australie », commente Ishaq Siddiqi, analyste d’ETX Capital. Qui dit ralentissement économique dit aussi baisse de l’investissement direct chinois à l’étranger, ce qui a des répercussions aussi bien à Taïwan que dans les pays développés, décrypte-t-il encore.

 

Effet domino

 

Andreas Rees, économiste de la banque italienne UniCredit, prend l’exemple particulier de l’Allemagne, grand exportateur de machines-outils ou d’automobiles vers la Chine, et note de son côté que « le ralentissement de la Chine n’a pas seulement un effet sur les entreprises allemandes de façon bilatérale mais aussi via un effet domino. Les exportations d’une multitude de pays pourraient être sévèrement refroidies, ce qui frapperait l’économie allemande par ricochet ». En publiant ses perspectives économiques mondiales la semaine dernière, le FMI avait déjà mis en garde contre le risque « accru » que faisait peser le tassement des grands pays émergents comme la Chine sur la reprise de l’économie mondiale.

 

S’il est évident que la Chine ne pouvait croître durant des années à ce rythme sans risque de surchauffe nocive pour l’ensemble de l’économie mondiale, la question qui agite désormais la planète économique est de savoir si Pékin va réussir à bâtir une croissance équilibrée.

 

Car « face à une inflation en légère hausse, le gouvernement, qui est aussi désireux d’enrayer le système bancaire parallèle [shadow banking], ne semble pas enclin à réagir à la menace d’une croissance plus faible via des mesures massives de soutien », selon Rabobank.

 

La nouvelle direction chinoise affiche en effet la volonté de mettre davantage l’accent sur la consommation intérieure que sur les exportations et les investissements, moteurs actuels de la croissance chinoise. « La Chine a dépensé trop d’argent dans des infrastructures improductives qui ont été peu utilisées et le temps est désormais venu pour le pays de limiter ses dépenses excessives et de tenter de redémarrer l’économie sur la base de fondamentaux plus solides et en se concentrant sur la consommation plus que sur l’investissement », estime Ishaq Siddiqi d’ETX Capital, ajoutant que ce ralentissement de la croissance chinoise était donc « nécessaire ».

 

Car, « tant que l’investissement restera le moteur principal, les déséquilibres [économiques] chinois continueront de s’aggraver », abondent les économistes de Capital Economics. Mais cela « sera une route longue et semée d’embûches comportant des risques substantiels à long terme et des problèmes cycliques douloureux à court terme », avertissent pour leur part ceux d’UniCredit.

À voir en vidéo