50 millions pour les technologies propres

Québec injecte 50 millions dans un fonds de capital de risques de 108 millions qui donnera un coup de pouce aux entreprises en développement spécialisées dans les technologies propres.

Ce Fonds Cycle Capital III a été lancé officiellement jeudi, à Montréal, par la première ministre du Québec, Pauline Marois, en compagnie de son ministre des Finances, Nicolas Marceau, et d’autres partenaires du fonds. De même, Hydro-Québec y contribuera une somme de 20 millions.


Ce troisième fonds de Cycle Capital investira dans des petites et moyennes entreprises qui oeuvrent dans des secteurs comme l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, le recyclage, les modes de transport verts, l’agriculture verte et autres. «On peut faire vert tout en étant rentable», a lancé Andrée-Lise Méthot, fondatrice de Cycle Capital. Elle admet que les 108 millions prévus seront probablement insuffisants pour répondre à la demande de financement dans ce domaine d’avenir.


«Nous faisons un pas de plus vers la mise en place d’une économie plus verte et durable», s’est réjouie la première ministre du Québec. En plus d’Investissement Québec et d’Hydro-Québec, les autres partenaires du fonds sont Teralys Capital, Aluminerie Alouette, Fondaction CSN, Cascades, Gaz Métro et des associés de Cycle Capital.


Fait à noter, la création future de ce fonds avait déjà été annoncée dans le dernier budget de Raymond Bachand, sous le précédent gouvernement libéral.

1 commentaire
  • Patrick Lépine - Inscrit 5 juillet 2013 13 h 22

    Ce n'est pas l'argent qu'on veut voir...

    Ce sont les résultats et les profits qui en découlent.

    Si une entreprise comme TM-4 déclare le plus sérieusement du monde qu'elle ne peut me donner de prix pour produire l'un des joyaux de l'IREQ comme le moteur-roue du groupe Traction-Couture, à quoi ça me sert de savoir qu'ils reçoivent plus d'argent pour ne pas produire de solutions efficaces et commercialisables?

    Puisqu'ils ne peuvent me donner de "prix" pour leurs produits, j'imagine qu'avec ces nouveaux fonds, ils seront fabriqués à coûts nuls et que je pourrai espérer recevoir mes exemplaires ou échantillons d'ici la fin de l'été? Et sans que la SAAQ ne fasse les gros yeux pour la forme?