Le Portugal trouve une «formule» pour l’équilibre du gouvernement

Le premier ministre portugais a annoncé jeudi qu’une «formule» avait été trouvée pour assurer la stabilité du gouvernement en vue de régler la crise politique qui a déstabilisé ce pays sous assistance financière internationale et inquiété ses partenaires européens et les marchés financiers.


«Une formule a été trouvée, qui va permettre d’assurer la stabilité du gouvernement», a déclaré le premier ministre Pedro Passos Coelho après un entretien avec le président Anibal Cavaco Silva, sans donner de détails sur la solution trouvée, ajoutant que des discussions se poursuivaient pour en préciser le contenu.


Le chef de l’État, qui ne s’est pas encore prononcé, doit rencontrer lundi les partis politiques d’extrême gauche. Il s’était entretenu mercredi avec le socialiste Antonio José Seguro, leader de la principale formation de l’opposition, qui demande des élections législatives anticipées. Suite aux appels à une «clarification» urgente lancés la veille par Bruxelles et au coup de semonce des marchés, le chef du gouvernement de centre droit a mené depuis mercredi soir d’intenses négociations avec le ministre des Affaires étrangères Paulo Portas, dont la démission a déclenché une crise politique majeure.


M. Passos Coelho a refusé la démission de M. Portas, à la suite du départ lundi du ministre des Finances, Vitor Gaspar, principal garant de l’application stricte du programme d’austérité que le Portugal s’est engagé à mettre en oeuvre en échange d’une aide internationale de 78 milliards d’euros accordée en mai 2011.


Espérant une sortie de crise rapide, l’Europe s’est voulue rassurante. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a ainsi estimé que la crise politique au Portugal aurait un impact limité. «Je pense que l’euro est de nouveau vu sur les marchés comme suffisamment stable pour que la situation politique dans un seul pays [...] ne signifie pas une crise pour la stabilité de l’euro en lui-même», a-t-il affirmé.

À voir en vidéo