Salon du Bourget - Près de 2 milliards de dollars de commandes pour Bombardier

Les avions de VistaJet, une des plus grandes sociétés aériennes de luxe du monde, apparaissent ci-dessus en démonstration à un salon aéronautique chinois. L’entreprise fondée par le Suisse Thomas Flohr a commandé 20 biréacteurs Challenger 350 d’une valeur de 518 millions.
Photo: Agence France-Presse (photo) Peter Parks Les avions de VistaJet, une des plus grandes sociétés aériennes de luxe du monde, apparaissent ci-dessus en démonstration à un salon aéronautique chinois. L’entreprise fondée par le Suisse Thomas Flohr a commandé 20 biréacteurs Challenger 350 d’une valeur de 518 millions.

Le Bourget — Au deuxième jour du Salon du Bourget, Bombardier a décroché des commandes fermes et des options frôlant les 2 milliards. Ces commandes concernent de nouveaux appareils de l’avionneur québécois, le Challenger 350 et le Global 8000, qui vont entrer en service en 2014 et 2017.


Pour l’instant, Bombardier n’a encore rien annoncé toutefois au sujet de son CSeries.


Une des commandes dévoilées mardi porte sur 12 biréacteurs Global 8000, l’avion d’affaires possédant la plus grande autonomie de vol au monde, selon Bombardier. Il s’agit d’un contrat d’acquisition ferme. La valeur de la transaction est évaluée à 804 millions $US. La commande a été faite, comme cela arrive parfois, par un client qui a préféré rester anonyme. Ce n’est pas le cas de l’autre acquéreur, qui est très connu : il s’agit de VistaJet, une des plus grandes sociétés aériennes de luxe du monde, fondée par l’homme d’affaires suisse Thomas Flohr, dont la flotte est entièrement composée d’appareils Bombardier.


L’année dernière, VistaJet avait déjà passé une commande historique de près de 8 milliards auprès de la multinationale québécoise (pour 142 appareils de la gamme Global, dont 56 biréacteurs en commande ferme). Thomas Flohr revient à la charge cette fois-ci avec une commande ferme portant sur 20 biréacteurs Challenger 350 et sur autant d’options. Les commandes fermes représentent 518 millions. Si toutes les options sont exercées, la valeur totale de la commande doublera, pour atteindre 1,04 milliard.

 

Une centaine d’emplois pour Montréal


Par ailleurs, près d’une centaine de nouveaux emplois seront bientôt créés dans le secteur québécois de l’aérospatial, qui fait déjà vivre 42 500 personnes. Ces emplois seront le résultat de trois investissements annoncés mardi au Salon du Bourget par le ministre québécois des Finances, Nicolas Marceau.


Les annonces faites au Bourget concernent trois sociétés françaises ayant décidé de s’implanter dans la région de Montréal.


Spécialisée dans la simulation et la réalité virtuelle, Sogeclair a choisi d’installer sa filiale canadienne dans la métropole. D’ici trois ans, cette société prévoit embaucher une cinquantaine de personnes, des ingénieurs surtout. C’est aussi en pensant faire de Montréal sa « base d’affaires » pour l’Amérique du Nord que le distributeur de pièces AHE (Aero Hardware Equipment) a choisi d’y implanter sa nouvelle division. Celle-ci emploiera une vingtaine de personnes d’ici 2016.


Loiretech s’installera de son côté à Mirabel, dans le cadre d’une « coentreprise » avec Composites VCI de Saint-Lin-Laurentides. D’ici trois ans, une vingtaine d’emplois y seront créés. Installée dans la région de Nantes, Loiretech conçoit et fabrique des pièces composites et des moules de grandes dimensions en carbone. L’entreprise a collaboré au développement de la CSeries de Bombardier, a expliqué son président, Marc Moret.

À voir en vidéo