Construction - L'ACQ obtient un mandat de lockout auprès des entrepreneurs

Les 175 000 travailleurs de la construction sont prêts à déclencher une grève générale illimitée le 17 juin si aucune entente n'intervenait d'ici là.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les 175 000 travailleurs de la construction sont prêts à déclencher une grève générale illimitée le 17 juin si aucune entente n'intervenait d'ici là.
L'Association de la construction du Québec (ACQ) a reçu mardi un mandat de lockout des entrepreneurs des secteurs institutionnel, commercial et industriel.
 
Le regroupement a plaidé, par voie de communiqué, qu'il était «nécessaire» pour lui de se doter d'un tel mandat, considérant que les syndicats avaient obtenu un mandat de grève avant même le début de la négociation.
 
Se disant consciente des conséquences d'un arrêt de travail sur les chantiers de construction, l'ACQ a précisé qu'elle entendait déclarer un lockout «seulement si la sécurité des travailleurs, celle des installations et des bâtiments des donneurs d'ouvrage et la sécurité des entreprises de construction sont menacées».
 
Les 175 000 travailleurs de la construction ont annoncé jeudi dernier qu'ils étaient prêts à déclencher une grève générale illimitée le 17 juin si aucune entente n'intervenait d'ici là entre les syndicats qui les représentent et les associations patronales.
 
En conférence de presse, l'Alliance syndicale, qui regroupe l'ensemble des syndicats de la construction, a reproché à la partie patronale d'avoir cessé de négocier tout en se livrant à une campagne de dénigrement des demandes syndicales.
 
Les négociations entre les parties patronale et syndicale doivent se poursuivre mardi, mercredi et jeudi, selon le communiqué publié mardi par l'ACQ.