Strateco inscrit une radiation de 87 millions

Ressources Strateco a inscrit une radiation de 87 millions dans la foulée du moratoire sur l’uranium imposé par le ministère de l’Environnement. La minière, qui poursuit Québec pour au moins 16 millions, estime que son présumé préjudice potentiel atteignait les 123 millions en date du 31 décembre 2012.


Strateco a annoncé mercredi l’inscription d’une charge pour dépréciation de 87,2 millions, en date du 31 mars 2013. Cette écriture comptable fait écho à la décision du ministre de l’Environnement de ne pas publier de certificat d’autorisation pour le projet uranifère Matoush avant que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement n’ait rendu son rapport sur la filière uranifère au Québec. « L’impossibilité pour Strateco d’aller de l’avant avec le programme d’exploration souterraine du projet Matoush, l’absence d’importantes dépenses d’exploration et d’évaluation prévues au cours de l’année prochaine, de même que l’incertitude entourant la filière uranifère au Québec ont obligé Strateco à déprécier plus de 87 millions. Cette importante somme d’argent représente toutes les propriétés uranifères du projet Matoush, les frais reportés d’exploration et d’évaluation, ainsi que les immobilisations associées au projet », peut-on lire dans le communiqué.


Il en a résulté une perte nette pour la période de trois mois, se terminant le 31 mars 2013, de 77,2 millions, ou de 46 ¢ par action, comparativement à une perte nette de 1,1 million, soit 1 ¢ par action, pour la même période, au 31 mars 2012.


Strateco a rappelé que le 22 avril dernier, elle mettait en demeure le ministère pour des dommages et intérêts équivalant à un montant initial de 16 millions. « Strateco entend exercer ses droits pour toutes réclamations futures s’il advenait que les délais indus dont elle est victime se poursuivent et entraînent la perte irrémédiable du projet Matoush. Dans de telles circonstances, une somme additionnelle s’ajouterait à la réclamation. Celle-ci viserait alors à compenser la perte de la valeur du projet dans lequel Strateco avait investi plus de 123 millions, en date du 31 décembre 2012 », a-t-elle souligné.


Elle demandait, du même souffle, à la Cour supérieure du Québec de rendre une ordonnance de sauvegarde afin d’ordonner au gouvernement de verser une somme variant de 420 000 $ à près de 800 000 $ le dernier jour de chaque mois à compter du 31 mai 2013, et ce, jusqu’au 30 septembre minimalement. L’audition est prévue à la mi-juin 2013.


Au cabinet du ministre Yves-François Blanchet, on avait répondu qu’il n’était pas question de revenir sur la décision de mandater le BAPE pour étudier la filière de l’uranium. Pas question non plus de négocier un montant à verser à Strateco pour compenser les pertes subies.

À voir en vidéo