Hausse rapide des prêts informels

Pékin – Les prêts informels accordés en dehors du secteur bancaire en Chine ont augmenté de près de 70 % au cours des deux dernières années et représentent l’équivalent du 55 % du PIB, selon un rapport publié lundi par l’agence de notation Moody’s.


Les produits financiers de ce secteur informel s’élevaient à la fin 2012 à 29 000 milliards de yuans (4700 milliards $CAN), selon une mesure large de Moody’s. Selon une définition plus étroite du secteur excluant les prêts accordés par des sociétés fiduciaires et les obligations adossées à des actifs, le secteur informel ne pèserait que 21 000 milliards de yuans, soit 39 % du PIB. La mesure étroite comprend notamment les prêts accordés par des particuliers (les « tontines »), les fonds de gestion d’actifs, les prêteurs sur gages et les sociétés de microcrédit.


L’importance de ces prêts vient en partie de la difficulté des emprunteurs, notamment du secteur privé et des petites entreprises, à se financer auprès des banques qui privilégient les entreprises qui, comme elles, sont étatiques. Mais leur croissance rapide augmente aujourd’hui les risques pour le système bancaire et l’économie chinoise dans son ensemble, selon l’agence de notation, qui a abaissé le mois dernier de «positive» à «stable» la perspective de la note souveraine de la Chine.


« Le secteur bancaire informel pourrait avoir un effet de levier sur les finances de l’économie au sens large et amplifier les craintes d’une bulle de crédit », selon le rapport. « Étant donné la taille considérable et la croissance des activités bancaires informelles en Chine, nous doutons de la capacité des banques à se prémunir contre une augmentation significative des défauts de paiement » dans ce secteur, met encore en garde Moody’s.

À voir en vidéo