Modeste reprise de l’emploi au Canada

Ottawa — Après avoir connu ses pires mois en quatre ans, le marché de l’emploi canadien a affiché un résultat légèrement positif pour avril, dégageant un gain net de 12 500 emplois - tous à temps plein -, ce qui pourrait indiquer que son long hiver de contraction est peut-être terminé.


Cette modeste reprise a compensé une partie des 54 500 pertes d’emplois du mois de mars, mais elle n’a pas réussi à faire bouger le taux de chômage, qui est resté à 7,2 %. Le gain ne permet pas non plus de renverser complètement les pertes des trois premiers mois de l’année, ce qui fait en sorte que le Canada compte environ 13 000 emplois de moins qu’au 1er janvier.


Selon des économistes, ce résultat est plus conforme à celui attendu dans un contexte de lente croissance économique et il pourrait se répéter dans les mois à venir.


L’analyste Jimmy Jean, de Desjardins Marché des capitaux, croit que le plus récent rapport sur l’emploi pourrait marquer le retour à des résultats plus « normaux ». « Compte tenu des modèles de croissance que nous observons en ce moment, c’est le genre de création d’emplois que nous devrions normalement voir. C’est un chiffre décent », a-t-il expliqué.


Parmi les éléments positifs du rapport se trouvait l’ajout de 36 000 emplois à temps plein le mois dernier, ce qui a été mitigé par la disparition de 23 600 emplois à temps partiel. En outre, tous les nouveaux emplois étaient destinés à des employés, plutôt qu’à des travailleurs autonomes. Le secteur de la fabrication a ajouté 20 600 emplois, sa meilleure performance mensuelle en près d’un an.

 

Secteur public


Par contre, tous les gains ont été observés dans le secteur public - les employeurs du secteur privé ont en fait aboli 20 000 emplois. Cela va à l’encontre des attentes étant donné que plusieurs gouvernements au Canada ont choisi de se serrer la ceinture pour atténuer leurs déficits, mais Statistique Canada a noté que les chiffres d’avril étaient conformes à une tendance déjà en place depuis un an. Ces 12 derniers mois, le secteur des gouvernements a créé 93 500 emplois, tandis que le secteur privé n’en a ajouté que 10 000.


L’emploi chez les jeunes de 15 à 24 ans a reculé de 19 000 emplois en avril, tandis que le taux de chômage de ce groupe d’âge a grimpé de trois dixièmes de point à 14,5 %. Des économistes ont fait remarquer que les jeunes travailleurs représentent la seule catégorie étudiée par Statistique Canada qui n’a toujours pas récupéré les emplois perdus pendant la récession.


Pour les prochains mois, M. Jean s’attend à ce que la création d’emploi soit plus stable tout en restant modeste, dans les environs des 15 000 emplois par mois. L’analyste a attribué le mauvais départ du marché en 2013 à la faiblesse de l’économie dans la deuxième moitié de 2012, lorsque la croissance a ralenti à environ 0,7 % en données annualisées.


Si la croissance revient à une croissance plus près de 2 % au premier trimestre de 2013, comme l’anticipent certains économistes, les employeurs pourraient être plus enclins à embaucher dans les mois à venir.

 

Taux de chômage québécois en hausse


Du côté des données provinciales, l’Alberta a connu la hausse la plus prononcée avec 15 000 nouveaux emplois, tandis que le Manitoba a vu quelque 11 000 emplois disparaître. Après baisse enregistrée en mars, le nombre d’emplois au Québec a progressé de 2700 et le taux de chômage a progressé d’un dixième de point à 7,8 %. La création d’emploi la plus vigoureuse de la province a été observée dans la région de Montréal, avec un gain de 16 500 nouveaux emplois.


Une baisse de 3200 emplois a été enregistrée au Nouveau-Brunswick, où le taux de chômage a pris quatre dixièmes de point pour s’établir à 10,9 %. En Ontario, le taux de chômage s’est maintenu à 7,7 %.

À voir en vidéo