La machine et le chimpanzé, meilleurs investisseurs que l’être humain?

Paris — Les indices boursiers constitués de façon aléatoire sont plus performants que les indices pondérés par capitalisation boursière, ce qui revient à dire qu’un chimpanzé investirait plus efficacement qu’un homme, selon une étude lundi de la Cass Business School de Londres. « Nous avons réalisé une simulation informatique consistant à sélectionner et à pondérer de manière aléatoire un échantillon de 1000 actions, ce qui revient à évaluer les capacités d’un chimpanzé en matière d’investissement sur le marché », explique le professeur Andrew Clare, coauteur de l’étude, cité dans un communiqué. L’étude, fondée sur des données collectées tous les mois aux États-Unis de 1968 à 2011, a répété cette procédure aléatoire 10 millions de fois pour chacune des 43 années étudiées. En conclusion, « la quasi-totalité des 10 millions de chimpanzés-gestionnaires de fonds ont réalisé de meilleures performances que les indices pondérés par capitalisation », poursuit le communiqué, citant M. Clare. L’étude portait sur les méthodes alternatives de construction d’indices boursiers.

À voir en vidéo

1 commentaire
  • Pierre Germain - Inscrit 17 avril 2013 09 h 32

    On ne peut que simuler les marchés, jamais les prévoir. À preuve, si un analyste financier pouvait vraiment prédire les marchés, ne serait-ce que 55% du temps, il n'aurait pas avantage à travailler pour qui que ce soit et serait multi-millionnaire en peu de temps. Ainsi, tous les analystes financiers seraient à leur compte personnel. Mais il n'en est rien!

    De même, des pans entiers du folklore financier doivent être abattus, tel la supposée efficience des marchés ou encore que tous les investisseurs assimilent toute l'information disponible ou que le but de tous est d'uniquement maximiser son profit ou que les rendements sont distribués selon une lognormale.