Air Transat agrandit sa flotte

La compagnie québécoise Transat compte louer cinq 737 en plus de faire appel à six autres appareils appartenant à des compagnies aériennes étrangères durant l’hiver.
Photo: - Le Devoir La compagnie québécoise Transat compte louer cinq 737 en plus de faire appel à six autres appareils appartenant à des compagnies aériennes étrangères durant l’hiver.

Ce texte a été modifié après publication

Transat A.T. monte à bord du Boeing 737. Le voyagiste ajoutera des petits-porteurs monocouloirs à la flotte de sa filiale Air Transat, actuellement composée de gros porteurs Airbus A310 et A330, dès l’année prochaine.


La compagnie québécoise compte louer cinq Boeing 737 en plus de faire appel à six autres appareils appartenant à des compagnies aériennes étrangères durant l’hiver.


Exit CanJet, Transat internalisera ainsi ses opérations moyen-courriers au départ du Canada vers l’État de la Floride, le Mexique, et les Caraïbes.


Transat «devrait maintenir» une relation d’affaires avec CanJet en continuant à lui confier «certains vols».


Le chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, modèle une « flotte à géométrie variable » en mesure de s’adapter aux besoins du marché touristique. « L’internalisation de moyen-courriers comporte de nombreux avantages, dont un contrôle accru sur nos opérations aériennes, la mise en place d’une structure de coûts plus compétitive et la présence d’agents de bord d’Air Transat sur tous nos vols », a indiqué M. Eustache par voie de communiqué.


Le grand patron de Transat a réitéré que l’« objectif de retour à la rentabilité est toujours au premier plan » de ses préoccupations. Pour y arriver, il s’efforce de tirer vers le bas « les coûts d’exploitation, notamment les coûts aériens [qui] représentent une dimension essentielle de la rentabilité de tout voyagiste ».


Transat compte engranger des économies globales de 8 millions de dollars en 2013, de 15 millions en 2014 et de 30 millions annuellement à compter de 2015.


La direction et les agents de bord ont conclu il y a moins d’un mois une entente en vue de l’intégration de petits porteurs à la flotte d’Air Transat.


Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) avait notamment accepté la réduction du nombre d’agents de bord de 11 à 10 dans les avions Airbus A330.


« C’est la suite logique des résultats du vote. Les agents de bord ont consenti des efforts pour aider au développement de la flotte. À moyen et à long terme, il y aura davantage d’emplois pour nous », se réjouissait jeudi le président de la composante Agents de bord d’Air Transat au SCFP, Peter Buzzell. Selon lui, les quelque 300 agents de bord mis à pied temporairement ont toutes les raisons de sourire devant l’« amélioration des perspectives d’emplois ».


Transat compte actuellement 21 gros porteurs, des Airbus 310 et 330. Plusieurs d’entre eux continueront d’assurer la navette entre une trentaine de destinations européennes ou situées dans le Sud et le Canada.


En revanche, quelque 400 à 450 postes d’agent de bord sont menacés chez CanJet. « C’est sûr qu’ils sont inquiets. Mais, pour l’instant, il n’y a aucune annonce de mise à pied. C’est “business as usual” pour l’année qui s’en vient, donc pour l’hiver 2013-2014 », a précisé la conseillère syndicale SCFP pour les employés de CanJet, Chantal Bourgeois. Elle croise les doigts pour que Transat continue de faire appel aux services de CanJet au terme de leur partenariat, le 30 avril 2014.

À voir en vidéo