SNC-Lavalin recrute chez le géant français Areva

Alain-Pierre Raynaud, venu d’Areva, apportera à SNC-Lavalin sa connaissance du nucléaire.
Photo: Agence France-Presse (photo) Joel Saget Alain-Pierre Raynaud, venu d’Areva, apportera à SNC-Lavalin sa connaissance du nucléaire.

SNC-Lavalin a annoncé mercredi la nomination d’un cadre supérieur du géant français du nucléaire Areva au poste de chef des affaires financières.

Alain-Pierre Raynaud, qui compte aussi de l’expérience dans les secteurs de l’automobile, de l’énergie et des banques en Europe et en Asie, travaillera au siège social de l’entreprise d’ingénierie, à Montréal, dès le 1er juin. M. Raynaud succédera à Gilles Laramée, qui a été nommé en décembre vice-président directeur de l’unité des investissements dans des concessions d’infrastructure chez SNC-Lavalin.


M. Raynaud est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un doctorat en économie. Il a travaillé 32 ans au sein de grandes entreprises d’envergure mondiale spécialisées dans la gestion de projets en Europe et en Asie. Après avoir commencé sa carrière comme analyste financier, M. Raynaud a joint les rangs de Renault puis a déménagé au Japon pour diriger les opérations financières de Nissan. Il a par la suite été chef des affaires financières d’Areva, où il a supervisé la mise en place du programme de gestion du changement de l’entreprise, puis a été nommé président du conseil et chef de la direction d’Areva au Royaume-Uni. L’analyste Pierre Lacroix, de Desjardins Marché des capitaux, a estimé que certains investisseurs seraient rassurés par les solides antécédents de M. Raynaud dans le secteur de l’énergie, en particulier dans le nucléaire, qui retient davantage l’attention de SNC-Lavalin depuis que l’entreprise a fait l’acquisition d’Énergie atomique du Canada.


SNC-Lavalin a procédé à l’embauche d’une série de nouveaux dirigeants depuis le départ de son ancien chef de la direction, Pierre Duhaime, l’an dernier, après qu’un examen indépendant eut démontré qu’il avait effectué des paiements ayant totalisé 56 millions à des destinataires non identifiés. Pierre Duhaime et un autre ancien haut dirigeant de SNC, Riadh Ben Aissa, font face à des accusations de fraude découlant d’un contrat impliquant la construction du Centre universitaire de santé McGill, à Montréal.


SNC-Lavalin a déjà assuré qu’un examen de sa communication de l’information financière avait démontré que les problèmes identifiés l’an dernier avaient été réglés. Un ancien cadre du conglomérat allemand Siemens a été embauché et désigné responsable de l’observation des normes en matière d’éthique et de gouvernance.

À voir en vidéo