Desjardins consultera les sociétaires sur sa politique de rémunération

Monique Leroux, la grande patronne du Mouvement Desjardins
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Monique Leroux, la grande patronne du Mouvement Desjardins

Pour la première fois de son histoire, le Mouvement Desjardins permettra aux délégués qui assisteront à son assemblée annuelle, la semaine prochaine, de voter sur son approche en matière de rémunération des cadres et des employés.


Desjardins adapte ainsi à sa réalité une pratique adoptée au cours des dernières années par les banques et d’autres entreprises cotées en Bourse. Les « votes consultatifs » de ces dernières, tenus auprès des actionnaires, ne portent toutefois que sur la rémunération de leurs hauts dirigeants.


En 2012, la rémunération totale de la grande patronne de Desjardins, Monique Leroux, a totalisé 3,34 millions, en hausse de 8,4 % par rapport aux 3,08 millions qu’elle avait touchés en 2011. De cette somme, un montant de 1,18 million correspond à la valeur acquise par son régime de retraite durant l’année.


Dans un communiqué publié jeudi, Desjardins a précisé que la rémunération de Mme Leroux correspondait à 98 % de la médiane des groupes financiers coopératifs de même envergure et à 62 % de la médiane du « marché financier canadien ».


Desjardins a ajouté que la rémunération de la p.-d.g. représentait 38 fois celle de l’employé moyen de la coopérative, un ratio moins élevé que dans les banques canadiennes.

 

Banque Nationale


La rémunération de Monique Leroux demeure bien inférieure à celle de Louis Vachon, son homologue de la Banque Nationale, une institution dont l’actif total est pourtant moindre que celui de Desjardins. En 2011-2012, la rémunération totale de M. Vachon s’est élevée à 7,68 millions, en baisse de 9,4 % par rapport aux 8,47 millions qu’il avait reçus l’année précédente.


Plus tôt ce mois-ci, Yves Michaud, surnommé le « Robin des banques », a dénoncé la baisse des ristournes et l’augmentation de la rémunération des hauts dirigeants du Mouvement Desjardins.

13 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 29 mars 2013 07 h 57

    Les banquiers

    La rémunération des banquiers en général et de madame Leroux en particulier sont proprement scandaleux. Et encore, madame Leroux gagne moins que monieur Vachon, quelle disgrâce!
    Si ces privilégiers «méritent» ces émoluments parce qu'ils sont «meilleurs» que la moyenne des gens, alors, que «valent» alors les enseigants qui forment les citoyens de demain?
    Quelles sont les véritables valeurs des Caisses Populaires Desjardins; sont-elles dignes du legs de leur fondateur, Alphonse Desjardins?

  • Martin Maynard - Inscrit 29 mars 2013 08 h 04

    Les PDGs gonflables ...

    Avez-vous remarqué comment ces gestionnaires utilisent toujours la comparaison avec leurs pairs pour toujours justifier leur augmentation?

    On ne se demande même pas si c'est raisonnable ou justifié par rapport à sa propre entreprise ... on gonfle parce que les autres gonflent. C'est la norme de notre très bonne société "juste".

    Est-il normal qu'une seule personne gagne 38 fois le salaire moyen des employés de son entreprise? Et Desjardins n'est pas le pire exemple dans le domaine.

  • André Lefebvre - Inscrit 29 mars 2013 09 h 10

    Comment les rémunérer?

    Il ne suffirait que de les payer cash avec des "cennes noires" pour qu'ils implorent une diminution de salaire. Ne jetez pas nos "cennes". Elle peuvent servir.

    André Lefebvre

  • Bernard Terreault - Abonné 29 mars 2013 09 h 31

    Rappel

    Puis-je rappeler que Desjardins est une coopėrative et non une entreprise capitaliste comme une autre? Que s'il n'y a aucune diffėrence entre Desjardins et une banque, autant faire affaire avec une "vraie"? Ne peut-il pas y avoir une certaine satisfaction pour une personne douée de se contenter d'un "petit" demi million par annnée, disons, pour gérer avec dynamisme et compétence une coopėrative ou un organisme public? Un fort en math ne peut-il pas être heureux comme prof ou chercheur pour un "misėrable" 100 000 $ par an quand il pourrait faire des millions dans la spėculation financière? Un mėdecin doit-il ambitionner de devenir un richissime propriėtaire d'un rėseau de cliniques privėes dans un pardis fiscal, plutôt que de "se contenter" de traiter les malades dans un quartier ordinaire avec ses maigres ėmoluments de 250 000 $ par année? Y a- t-il encore des Jean Campeau et des Alban D'Amour et autres pour nous rappeler qu'on peut mener une vie heureuse, certes confortable mais pas extravagante, au service de la population? Pas besoin de d'être un St-François d'Assise aux pieds nus.

    • André Le Belge - Inscrit 29 mars 2013 12 h 22

      Attention, c'est avec Alban D'Amour qu'à commencer ces augmentations vertigineuses des hauts cadres chez Desjardins, l'ex-mouvement coopératif...

  • Robert Dufresne - Inscrit 29 mars 2013 10 h 17

    Fausse Co-op

    Il y a longtemps que Desjardins se transforme en banque et n'a de Coopérative que le nom. Cet exercice d'évaluation de la rémunération globale n'a qu'un objectif qui est de limiter, sinon diminuer, la rémunération des salariés à la veille de leur période de négociation de convention collective.

    Une diminution symbolique du salaire des cadres supérieurs qui demanderont aux salariées de suivre leur exemple. Je ne suis pas certain que les "actionaires" tiendront compte du fait que les cadres supérieurs gagnent 28 fois le salaire des travailleuses, l'appât de plus grosses dividendes risque fort de l'emporter sur la répartition de la richesse.

    • Sylvain Auclair - Abonné 29 mars 2013 13 h 55

      Pouvez-vous me dire comment vous distingues une vraie coop d'une fausse coop?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 mars 2013 07 h 23

      Moi je peux vous répondre. Les salaires sont votés par les membres et les travailleurs qui en font parti. Je ne peux pas m'exprimer avec toute certitude mais je ne crois pas que les travailleurs chez la Caisse Pop ont voté pour 28 fois le salaire pour la madame. En toute réserve.

    • Martin Maynard - Inscrit 30 mars 2013 07 h 59

      Je dirais qu'une vraie Coop travaille pour ses membres. Est-ce qu'un membre Desjardins est toujours un membre ou plutôt un client de banques?