Évitons la ruine, dit la première banque de Chypre

Nicosie — Bank of Cyprus, la première banque de Chypre, a exhorté jeudi le gouvernement et les dirigeants des partis politiques à parvenir d’urgence à un accord avec l’Eurogroupe sur un plan d’aide pour éviter la ruine de l’île.


« L’économie de Chypre est au bord [de la ruine] et dans un état fragile », affirme la banque dans un communiqué. « La prochaine étape pourrait marquer son salut ou sa destruction », a-t-elle ajouté.


Le secteur bancaire chypriote, plombé par son exposition à la dette grecque, est confronté à un risque d’effondrement dans les prochains jours. La Banque centrale européenne (BCE) a en effet annoncé jeudi qu’elle leur couperait lundi le robinet des liquidités, faute d’accord acceptable entre Chypre et la troïka de ses bailleurs de fonds.


La Bank of Cyprus et la Popular Bank, les deux principales banques du pays, ont un besoin urgent de fonds pour éviter un effondrement.


Jeudi, les files d’attentes se sont allongées à Nicosie devant les distributeurs automatiques de la Laiki Bank, les clients craignant une fermeture définitive. La porte-parole de la Banque centrale Aliki Stylianou a démenti ces rumeurs, dans des déclarations à la radio publique.


En fin d’après-midi, environ 150 personnes manifestaient aux cris de « Maintenant la Laiki Bank, et quoi ensuite ? » devant le Parlement à Nicosie, où un important dispositif de sécurité avait été déployé.

À voir en vidéo