Les résultats de Couche-Tard déçoivent les analystes

Au cours de la période qui a pris fin le 3 février, l’exploitant de dépanneurs et de stations-service a enregistré des profits nets de 142,5 millions $US (75 ¢US par action), en hausse de 64,2 % par rapport aux 86,8 millions (48 ¢US par action) dégagés pendant le trimestre correspondant de l’exercice précédent. En excluant une perte de change de 13,6 millions et des frais d’acquisition de 2 millions, le bénéfice par action s’est établi à 81 ¢US, alors que les analystes tablaient en moyenne sur 87 ¢US. L’écart défavorable est attribuable à des dépenses administratives plus élevées que prévu, a indiqué l’analyste Jim Durran, de Barclays, dans une note. En revanche, le taux d’imposition de 14,6 % a été plus faible qu’anticipé.


Le chiffre d’affaires trimestriel a atteint 11,5 milliards, en hausse de 75,2 %. Le bond est principalement attribuable à l’acquisition de la chaîne de stations-service norvégienne Statoil Fuel Retail (SFR) au coût de 2,7 milliards, l’an dernier.


Synergies


Jusqu’ici, Couche-Tard a calculé que la transaction s’était traduite par des synergies de 17 millions, ce qui représente entre 20 et 25 millions sur une base annualisée. Les économies proviennent notamment du retrait de SFR de la Bourse d’Oslo, de la renégociation de certains contrats avec des fournisseurs, de la réduction des dépenses dans les magasins et de la restructuration de certains services.


Certains analystes espéraient toutefois que les synergies soient plus importantes à ce stade-ci. Au cours d’une webémission, mardi, le grand patron de l’entreprise lavalloise, Alain Bouchard, a indiqué que les dirigeants de SFR préparaient plusieurs changements visant à faire croître les ventes et à diminuer les dépenses. « Il faudra du temps, a-t-il toutefois prévenu. Les règles en Europe sont différentes de celles que nous connaissons en Amérique du Nord de sorte que, lorsque nous mettons en place des mesures pour réduire les coûts, cela prend de deux à trois trimestres pour apparaître dans les résultats financiers. » La direction a néanmoins réitéré son objectif de dégager des synergies annuelles oscillant entre 150 et 200 millions grâce à SFR d’ici septembre 2015.


M. Bouchard a par ailleurs précisé mardi que la situation commençait à s’améliorer en Europe après plusieurs mois difficiles. L’achalandage continue de reculer, mais à un rythme plus faible qu’auparavant. De plus, les ventes moyennes par client augmentent.


Aux États-Unis et au Canada, les ventes de marchandise dans les magasins ouverts depuis au moins un an ont progressé respectivement de 0,8 et 1,7 %, ce qui est inférieur à la croissance de plus de 3 % enregistrée il y a un an dans les deux pays. Pour ce qui est des ventes de carburant, elles ont augmenté de 0,8 % aux États-Unis, mais elles ont reculé de 0,9 % au Canada.

À voir en vidéo