Important contrat en Suisse - Bombardier nie être susceptible de verser une importante pénalité en raison d’un retard

Les voitures destinées à la Suisse
Photo: Bombardier Les voitures destinées à la Suisse

Citant des sources anonymes, le quotidien suisse Der Sonntag a précisé que la pénalité pourrait grimper à 766 millions si les livraisons devaient être repoussées au-delà de 2015.


Au cours d’un entretien téléphonique, lundi, Marc Laforge, porte-parole de Bombardier Transport, a qualifié ces rumeurs de « complètement farfelues ». M. Laforge a expliqué que les rames allaient être livrées avec deux ans de retard en raison de la volonté des CFF de les rendre plus accessibles aux passagers à mobilité réduite.


Des associations de handicapés ont poursuivi les CFF devant les tribunaux sur cette question, ce qui a incité l’exploitant ferroviaire à modifier l’aménagement intérieur des voitures. « Ce sont des circonstances totalement hors de notre contrôle », a affirmé Marc Laforge.


Le porte-parole a assuré que les relations entre Bombardier et les CFF demeuraient « excellentes » en dépit du retard. Au lieu de débuter en décembre 2013, les livraisons commenceront à la fin de 2015, a-t-il précisé. Elles se termineront toutefois à la date initialement prévue, soit en 2019. En 2010, les CFF ont accordé à Bombardier le plus important contrat de leur histoire. L’organisme public versera pas moins de 1,7 milliard pour les 59 rames, soit un total de 436 voitures à deux niveaux.


Plus tôt ce mois-ci, Bombardier a rejeté des réclamations présentées par l’exploitant allemand Deutsche Bahn en lien avec des problèmes touchant les trains de banlieue berlinois (S-Bahn) de la série 481, les qualifiant d’« irrecevables » et de « diffamatoires ».

À voir en vidéo