Portrait d’entreprise - Gardium, la sécurité sous toutes ses formes

L’entreprise dirigée par Dany Laflamme offre notamment des services de gardiennage. Les agents de Gardium étaient postés à l’UQAM pendant le « printemps érable ».
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir L’entreprise dirigée par Dany Laflamme offre notamment des services de gardiennage. Les agents de Gardium étaient postés à l’UQAM pendant le « printemps érable ».

Le Groupe Gardium se fixait l’an passé l’objectif de doubler son chiffre d’affaires dans le domaine des enquêtes spécialisées au cours des cinq prochaines années. Or, il se pourrait que la stupeur causée par les révélations faites à la commission Charbonneau aide Gardium à atteindre son objectif plus tôt que prévu. Dany Laflamme, président-directeur général de Gardium, est convaincu que cette commission est en train de lui ouvrir un nouveau marché. « La relation d’éthique et d’intégrité des gestionnaires devient de plus en plus importante et on en parle depuis longtemps », dit-il.

Évidemment, Gardium ne va pas jouer dans les plates-bandes criminelles labourées par la commission Charbonneau. Tout de même, la plupart des enquêteurs qu’il embauche sont des policiers à la retraite et il recrute ses clients dans le monde des affaires. Par exemple, récemment, une entreprise avait recours à ses services pour enquêter sur son vice-président des finances, qui suscitait des doutes. En remontant dans sa carrière, l’enquêteur de Gardium a découvert que le suspect avait à son compte trois dossiers similaires chez trois ex-employeurs. Cet homme avait été embauché sans vérifications sur ses activités antérieures. « Quand tu recrutes du personnel ou que tu t’associes avec un partenaire ou un investisseur, tu dois vérifier qui est cet individu, recueillir des informations à son sujet. Tu n’as pas le choix aujourd’hui. C’est un créneau d’enquête en croissance, mais il faut quand même y aller avec prudence ; il y a des règles à suivre pour respecter la vie privée. Il faut se limiter à des informations publiques et on en trouve beaucoup sur les réseaux sociaux et Internet. »


Les comportements de fraude et de collusion qu’on déterre actuellement à la commission Charbonneau amènent évidemment des dirigeants d’entreprise à se demander si la contamination ne s’est pas propagée dans leur propre organisation.


Jusqu’à maintenant, Gardium a concentré ses enquêtes sur le préemploi, c’est-à-dire la vérification des antécédents d’un candidat à un emploi. Il y a des enquêtes également sur divers autres problèmes, notamment les employés consommateurs de drogue, le harcèlement psychologique à la suite de plaintes portées par des employés. Certains mandats d’enquête proviennent aussi de la Commission de la santé et de la sécurité du travail, pour vérifier si certains bénéficiaires de l’assurance qui ne guérissent pas sont vraiment incapables de travailler. Certains ne le sont pas, comme cette personne qui souffrait d’un mal de dos permanent, mais qui s’était trouvé un talent d’émondeur et une source de revenus supplémentaires, n’hésitant aucunement à monter sur le toit des maisons pour couper des branches. Un enquêteur anonyme chargé de vérifier ce cas a fait appel à ses services d’émondeur, mais en lui demandant aussi la permission de filmer son travail afin de pouvoir le montrer ensuite à son épouse absente. Le faux malade est tombé dans ce piège, mais en ayant quand même eu le temps de se trouver d’autres clients dans la même rue !


Une croissance par des acquisitions et le nouveau marché du Grand Nord


En se donnant l’objectif de doubler son chiffre d’affaires dans les enquêtes spécialisées d’ici 2017, Gardium ne mise pas spécifiquement sur les retombées que pourrait susciter la commission Charbonneau. Sa stratégie s’appuie plutôt sur l’acquisition d’entreprises concurrentes oeuvrant déjà dans le secteur des enquêtes. M. Laflamme constate que cette industrie est encore très morcelée. Il en a relevé 125 au Québec, appartenant à de « petits joueurs », dont certains approchent de l’âge de la retraite. « Il y aura des possibilités d’acquisitions dans le futur », ajoute le p.-d.g. qui envisage l’avenir avec confiance. À ce jour, trois acquisitions ont déjà été effectuées. Cette division des enquêtes spécialisées, créée en 2007, génère 10 % du chiffre d’affaires.


Gardium est préparée à faire face au changement de générations dans le monde des entreprises. M. Laflamme a lui-même vécu une telle expérience en devenant l’an passé le p.-d.g. de Gardium, remplaçant ainsi Jean Marc-Aurèle, un ex-policier et fondateur de cette entreprise en 2002. M. Laflamme, dont la mère était la conjointe de M. Marc-Aurèle, était devenu dès le départ le principal associé dans Gardium. Il présentait un curriculum vitae impressionnant : un MBA de l’UQAM, suivi de sept ans comme conseiller et directeur en planification stratégique chez Secor avec des clients comme Bombardier, la Caisse de dépôt, etc. Il avait passé ensuite quatre ans au Fonds de solidarité FTQ dans une période de grande transition dans l’organisation.


Âgé de 31 ans, il quittait ensuite cet emploi avec une généreuse indemnité de départ pour aller chez Gardium, où pendant quatre ans, il a consacré la plus grande partie de son énergie à trouver du financement, sans même de salaire, car le démarrage de l’entreprise a été plutôt lent. « Heureusement que Jean était retraité », ajoute-t-il, en faisant allusion à la pension que celui-ci recevait. M. Marc-Aurèle demeure l’actionnaire principal, mais la transition à la présidence s’est faite de façon ordonnée, en profitant de toute l’expérience acquise par M. Laflamme sur le sujet dans ses années passées chez Secor et le Fonds de solidarité. Bref, Gardium a déjà le leadership en place pour gérer les acquisitions qui pourront être faites dans les deux prochaines décennies. Le p.-d.g. a 45 ans.


Gardium mise par ailleurs sur un autre secteur de croissance, celui du Grand Nord québécois, où la demande de services de gardiennage va continuer d’augmenter dans les années à venir. Il y a déjà 150 employés dans une demi-douzaine d’exploitations minières.


Le gardiennage qui a été à l’origine de la création de Gardium représente environ 70 % des revenus du Groupe, qui conserve une bonne brochette de clients depuis ses débuts, tels que Couche-Tard, Dollorama, l’Union des producteurs agricoles et Dorel. En fait, Gardium est la quatrième société de gardiennage en importance au Québec. Ce service implique des équipes en uniforme qui assurent jour et nuit la sécurité et la surveillance des installations des clients.


D’ailleurs, pour maintenir en tout temps du personnel disponible, au cas où un gardien ne pourrait pas se rendre au travail, Gardium s’est constitué une liste de rappel en offrant des engagements à des employés qui occupent déjà un emploi à temps partiel chez des concurrents. Sur les 1000 employés à son service, la moitié seulement sont des permanents. Grâce à l’informatique, il est possible de gérer cette flexibilité. On n’impose pas un cadre de travail, on demande plutôt aux gens leurs heures de disponibilité. Parmi eux, il y a par exemple des étudiants qui ne travaillent que les fins de semaine. Il y a au Québec environ 15 000 personnes embauchées dans le gardiennage pour diverses entreprises. Une seule convention collective est négociée pour tout ce monde et elle est appliquée ensuite dans un décret.


Gardium a un troisième actionnaire, Michel Morin, arrivé dans l’entreprise dans les premières années et qui a ajouté une division spécialisée dans les services de sécurité lors de conflits de travail. Celle-ci contribue à hauteur de 20 % aux profits du Groupe. Ses activités varient beaucoup selon les années et ont tendance à baisser en période de ralentissement économique, ce qui a été le cas depuis quelques années. Il y a quand même eu certains contrats dans le contexte de la crise du printemps érable avec des mandats venus de l’UQAM et de certains cégeps. Dans ce domaine, M. Laflamme, qui rappelle avoir eu deux de ses enfants en grève, ne mise en aucune façon sur la violence dans les interventions : « On n’a pas besoin de gros bras. Quand tu as une tête sur les épaules, tu es capable d’influencer les gens. »



Collaborateur