Rouge, d’Air Canada, inquiète Transat

Jean-Marc Eustache n'a rien perdu de son franc-parler.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jean-Marc Eustache n'a rien perdu de son franc-parler.

Le grand patron de Transat, Jean-Marc Eustache, commence à craindre un peu plus le nouveau transporteur à rabais d’Air Canada, Rouge.


Cet été, Rouge reliera Montréal à Athènes ainsi que Toronto à Athènes, Venise et Édimbourg. L’hiver prochain, Rouge offrira des vols entre Toronto et dix destinations soleil.


Lorsqu’il s’était exprimé pour la première fois sur le sujet, en décembre, M. Eustache avait estimé que Rouge n’aurait pas d’impact significatif sur Transat, qui est spécialisé dans les voyages de vacances.


Or, le plus important transporteur canadien a annoncé récemment que d’ici la fin de 2015, il prévoit transférer jusqu’à 13 gros porteurs Boeing 767 à Rouge, ce qui fera de ce dernier un concurrent de taille pour Transat.


« Nous sommes très préoccupés par les 767 [de Rouge], c’est certain », a reconnu Jean-Marc Eustache avec son franc-parler habituel, jeudi, à l’occasion de l’assemblée annuelle des actionnaires.


La situation est d’autant plus préoccupante pour l’entreprise québécoise que celle-ci tente péniblement de retrouver la voie de la rentabilité après deux années de pertes. Pour y parvenir, elle a notamment obtenu des concessions de ses employés, réduit ses coûts d’exploitation et diminué sa capacité aérienne.


« Si je ne suis pas profitable [au cours du présent exercice], on va mettre dehors le président - et avec raison d’ailleurs - et on le remplacera, a lancé M. Eustache. C’est sûr qu’on sera profitable cette année à moins qu’il y ait un cataclysme que je ne peux pas prévoir. »

 

Résultats


À son premier trimestre, qui a pris fin le 31 janvier, Transat a réduit de près de la moitié sa perte nette. Celle-ci a atteint 15,1 millions (39 cents par action), alors qu’elle s’était chiffrée à 29,5 millions (77 cents par action) pendant la même période de l’exercice précédent.


Les revenus ont reculé de 2,8 % pour s’établir à 829,3 millions.


« Les changements apportés dans l’organisation depuis 18 mois de même que notre décision stratégique de réduire légèrement notre capacité ont contribué à une amélioration de nos résultats », a affirmé Jean-Marc Eustache.