Les Espagnols se mobilisent contre la rigueur

Madrid — Fonctionnaires, ONG, associations et petits partis politiques ont convoqué samedi une « marée citoyenne » dans des dizaines de villes d’Espagne, le plus grand défilé étant prévu à Madrid, pour protester contre la cure de rigueur menée par le gouvernement conservateur.

Employés des secteurs publics de la santé et de l’éducation, particulièrement touchés par les coupes, syndicalistes, étudiants, mineurs et membres du mouvement des « indignés » s’uniront pour manifester dans la capitale espagnole le 23 février, date commémorative de la tentative de coup d’État militaire qui avait terrifié la jeune démocratie espagnole en 1981.


« Nous faisons face à un véritable coup d’État financier, c’est pour ça que nous avons choisi cette date », a expliqué en conférence de presse Paco Segura, porte-parole de l’une des associations organisatrices, Ecologistas en accion. « Aujourd’hui aussi notre démocratie est menacée, c’est pour cela que nous manifestons : pour exiger une vraie démocratie où les gens puissent décider de leur avenir », a-t-il ajouté.


Dans un pays frappé par un taux de chômage de 26 % et une cure de rigueur drastique, la grogne est accentuée par l’aide européenne de plus de 41 milliards d’euros accordée au secteur financier, fragilisé par son exposition à l’immobilier, les banques étant considérées par beaucoup comme les responsables de la crise. Les révélations successives sur des affaires de corruption qui éclaboussent les grandes institutions du pays renforcent encore le malaise.


Ayant déjà reconnu qu’il avait exigé un « très gros effort » aux Espagnols, Mariano Rajoy a voulu donner un ton positif à un discours prononcé mardi au Congrès des députés. Grâce aux mesures de rigueur, a-t-il affirmé, l’Espagne a pu éviter « le naufrage » et commence à « voir la voie de l’avenir ».

À voir en vidéo