Lisée plus ferme sur le fromage européen

Québec — Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, a dû préciser que le Québec s’opposait à la demande des Européens de hausser les quotas de leur fromage vendu au Canada.


Dans la foulée des négociations de l’accord commercial Canada-Europe, négociations qui sont tout près de se conclure, les Européens viennent d’ajouter une exigence : augmenter de 13 500 à 23 500 tonnes la quantité de fromage que leurs producteurs peuvent exporter au Canada. « On est contre », a affirmé le ministre dans un point de presse après que le député libéral Stéphane Billette eut soulevé la question à l’Assemblée nationale.


Lundi, après son discours devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), Jean-François Lisée a déclaré devant les journalistes que la gestion de l’offre pour le lait, les oeufs et la volaille « n’est pas négociable », mais qu’il n’était pas exclu que le Canada accorde aux producteurs européens une augmentation de leurs quotas d’exportation de fromage.


Jean-François Lisée croit que le Québec détient un bon rapport de force dans ces négociations puisque l’accès aux marchés publics des provinces en est le principal enjeu pour les Européens. Sans détenir de veto en tant que tel, le Québec pourrait refuser l’accès de ses marchés publics s’il était mécontent de l’entente négociée par Ottawa.

À voir en vidéo