Salon des ressources naturelles - Manifestants tenus à distance

<div>
	Les manifestants ont tenté à plusieurs reprises d’entrer à l’intérieur du Palais des congrès, mais ils ont été chaque fois repoussés par la police.</div>
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
Les manifestants ont tenté à plusieurs reprises d’entrer à l’intérieur du Palais des congrès, mais ils ont été chaque fois repoussés par la police.

Il y a eu des relents de printemps étudiant vendredi après-midi autour du Palais des congrès de Montréal, où quelque 300 manifestants ont tenté, sans succès, de perturber les activités du Salon des ressources naturelles.

Était-ce le blizzard hivernal? Un nombre insuffisant de participants à cette marche « anticapitaliste » portée par divers groupes, dont le Réseau québécois des groupes écologistes, dérangé par les visées du Plan «mort»? Toujours est-il que, en présence d’un déploiement à certains moments impressionnant de membres du Groupe d’intervention tactique du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la manifestation est restée pacifique.


Avant même que les manifestants ne se mettent en marche, depuis le Square Victoria, le SPVM a déclaré le regroupement illégal, faisant les mises en garde d’usage. Pendant toute la durée de l’événement, les troupes se sont évertuées à tenter de déjouer les policiers déployés autour d’eux, tournoyant autour de la cible — le Palais des congrès —, s’en approchant, y revenant sans cesse, sans parvenir jamais à y entrer.


Ils ont réussi à s’aligner sur la façade est de l’édifice aux parois colorées, formant une longue lignée de manifestants heurtant le mur, dans l’espoir d’ébranler les participants bien au chaud à l’intérieur. Un important dispositif policier veillait au grain dans le Palais des congrès.


La marche s’est terminée vers 15 h. Selon le SPVM, trois véhicules de police ont été vandalisés.