La Grèce atteint son objectif

En réduisant son déficit de 31 % par rapport à 2011, quand le manque à gagner budgétaire s’élevait à 22,8 milliards (10,9 % du PIB), le pays a même fait un peu mieux que l’objectif de 8,4 % du PIB assigné pour 2012, selon un communiqué ministériel.


« Les énormes sacrifices des citoyens ne sont pas perdus », s’est félicité le ministre adjoint aux Finances, Christos Staïkouras, cité par ce communiqué.


En matière de déficit budgétaire primaire (avant paiement des intérêts de la dette), la performance a été encore meilleure en 2012 : le pays l’a ramené à 3,5 milliards d’euros, soit 1,8 % du PIB, alors que l’objectif était de 4,6 milliards (2,4 % du PIB).


En dépit d’une évasion fiscale persistante, le ministère s’est aussi félicité d’avoir dépassé les objectifs en matière de rentrées fiscales.


L’effort principal a été mené sur les dépenses, réduites à 67,614 milliards contre 76,7 milliards en 2011, via notamment les coupes dans les commandes militaires et les budgets des hôpitaux.


Ces données ne sont pas celles retenues par l’Union européenne pour calculer le déficit public du pays, qui doivent être annoncées début février.

À voir en vidéo