Rona rénove son conseil d’administration

Rona, qui domine avec 19 % du marché canadien, a pris beaucoup d’expansion vers l’ouest du pays au cours des dernières années et a mis la main sur des grossistes dans la plomberie et la climatisation.
Photo: Agence France-Presse (photo) Andrew Vaughan Rona, qui domine avec 19 % du marché canadien, a pris beaucoup d’expansion vers l’ouest du pays au cours des dernières années et a mis la main sur des grossistes dans la plomberie et la climatisation.

Lors d’un entretien avec Le Devoir, le gestionnaire qui s’occupe du dossier Rona chez Invesco a affirmé que sa société est très satisfaite des changements annoncés hier, dont l’embauche d’un nouveau président du conseil et l’ajout de plusieurs nouveaux membres.


« Nous avons pu nous entendre avec Rona et avec la Caisse de dépôt et placement [le plus gros actionnaire] sur un certain compromis. Entre autres, il y a des nouveaux administrateurs qui auront un regard frais sur les affaires de Rona », a dit Ian Hardacre, chef des actions canadiennes chez Trimark Investments, division d’Invesco.


« On ne souhaite pas que la compagnie soit mise en vente », a ensuite déclaré M. Hardacre. Actionnaire depuis environ six ans et demi, Invesco possède un peu plus de 10 % des actions de Rona, comparativement à 14 % pour la Caisse. Lorsque Lowe’s a brandi une offre de 1,8 milliard cet été, Invesco y était favorable. « Nous étions très frustrés. Mais le scénario a beaucoup changé. »


Rona, qui domine avec 19 % du marché canadien, a pris beaucoup d’expansion vers l’ouest du pays au cours des dernières années et a mis la main sur des grossistes dans la plomberie et la climatisation. Elle a commencé à fermer des grandes surfaces. Les résultats du troisième trimestre ont été marqués par une baisse du bénéfice et un chiffre d’affaires en léger recul.


Sa direction évalue présentement divers scénarios qui consisteraient notamment à vendre des morceaux de l’entreprise.


L’offre non sollicitée provenant de Lowe’s l’été dernier avait été froidement refusée par le conseil d’administration de Rona. À Québec, elle avait déclenché une levée de boucliers : le ministre des Finances, Raymond Bachand, avait fait valoir que les achats faits par Rona auprès de fournisseurs québécois ne militaient pas en faveur d’une vente à une société étrangère.


Rona achète environ 47 % de ses produits au Québec et compte, outre les magasins qui lui appartiennent en propre, tout un réseau de marchands affiliés.

 

Repositionnement


« On appuie les changements, notamment le nouveau président, parce que c’est une étape importante dans le repositionnement de Rona. Mais il reste du travail à faire, car Rona doit s’attaquer à l’amélioration de sa performance », a dit un porte-parole de la Caisse, Maxime Chagnon. « Aussi, ça apporte une certaine diversification géographique. Rona est une société québécoise, mais a des activités pancanadiennes. »


M. Hardacre a dit que l’urgence chez Rona est de trouver un nouveau président pour succéder à Robert Dutton, qui a quitté la compagnie cet automne après un différend avec le conseil d’administration. C’est présentement Dominique Boies qui occupe le poste de façon intérimaire. « Dans un deuxième temps, la compagnie doit analyser chaque partie de la compagnie pour identifier ce qui est le plus rentable. On ne peut plus se limiter à prendre de l’expansion pour prendre de l’expansion. Cette expansion doit être rentable. »


Le nouveau président du conseil est Robert Chevrier, âgé de 69 ans, qui a déjà présidé le conseil de Quincaillerie Richelieu, un importateur et fabricant de quincaillerie spécialisée.


Outre M. Chevrier, cinq autres personnes vont se joindre au conseil d’administration : trois habitent en Ontario, une au Québec et une autre au Royaume-Uni.


Au final, le conseil passera de 12 à 14 membres, dont huit seront nouveaux.


Celui qui était jusqu’ici président du conseil, Robert Paré, avocat chez Fasken Martineau, va demeurer administrateur. « M. Chevrier est un administrateur de sociétés aguerri ayant une énorme expérience du secteur », a-t-il affirmé dans un communiqué.


« Il possède une solide expertise dans les principaux secteurs d’exploitation de Rona, soit le commerce de détail, la distribution et le secteur commercial et professionnel. Le conseil estime qu’il possède l’expérience unique nécessaire pour diriger le conseil alors que la société met à exécution ses priorités stratégiques et financières. »


L’assemblée annuelle aura lieu le 14 mai.

À voir en vidéo