Chine - La croissance économique devrait se raffermir en 2013

Un travailleur à l’œuvre dans une usine chinoise d’assemblage d’automobiles.
Photo: Agence France-Presse (photo) Peter Parks Un travailleur à l’œuvre dans une usine chinoise d’assemblage d’automobiles.

L’économie chinoise a connu l’an dernier sa plus faible croissance en 13 ans avec 7,8 %, tandis que la demande intérieure n’a pas été mesure de compenser le ralentissement des exportations, et malgré un rebond au dernier trimestre laissant entrevoir un meilleur résultat en 2013.

La hausse du PIB de la deuxième économie mondiale était encore de 10,4 % en 2010 et de 9,3 % en 2011. Elle avait ralenti durant sept trimestres consécutifs pour tomber à 7,4 % l’été dernier, avant de se redresser pour atteindre 7,9 % pour la période octobre-décembre, a indiqué le gouvernement chinois vendredi. Le rebond entamé au trimestre dernier devrait permettre au développement de la Chine de s’accélérer en 2013, mais cette embellie pourrait ne pas être de très grande ampleur, ni durer très longtemps, selon les analystes.


« L’environnement économique international reste difficile cette année et l’économie chinoise connaît toujours des déséquilibres », a reconnu le directeur du BNS. « Nous nous attendons à une croissance stable en 2013 », a ajouté M. Ma. Le ralentissement de l’économie chinoise est dû notamment à celui de la croissance du commerce extérieur, passée de 22,5 % en 2011 à 6,2 % l’an dernier, selon les chiffres des douanes la semaine dernière. Mais des facteurs internes ont également pesé, notamment la baisse de régime de la production industrielle, qui a augmenté de 10 % contre 13,9 % en 2011, ainsi que des ventes de détail, reflet de la consommation des ménages, dont la progression été limitée à 14,3 % en 2012, contre 17,1 % l’année précédente.


Pour soutenir l’activité durant la transition politique en cours en Chine, marquée par l’arrivée de nouveaux dirigeants au sommet du pouvoir pour la première fois depuis une décennie, le gouvernement a relancé depuis la mi-2012 des grands travaux d’infrastructures, notamment dans les chemins de fer. Ces investissements sont parfois critiqués par les économistes pour leur faible rentabilité. Ils finissent aussi par engendrer de l’inflation, comme le programme de relance après la crise financière mondiale de 2008.


« Les taux de croissance de l’économie vont probablement fluctuer dans une bande étroite en 2013 », a déclaré de son côté Ren Xianfang, économiste de IHS Global Insight basée à Pékin. « Nous nous attendons à ce que la hausse du PIB culmine autour de 8,3 % au premier semestre avant de ralentir à 8 % au second », a indiqué pour sa part Lu Ting, de Bank of America -Merrill Lynch. Les analystes interrogés par l’AFP ont, en moyenne, prédit 8 % de croissance pour 2013.

À voir en vidéo