Bilan et perspectives du secteur manufacturier - Légère croissance aux États-Unis, stagnation du côté canadien

L’activité manufacturière aux États-Unis a crû légèrement le mois dernier après s’être contractée en novembre. Ce gain modeste laisse croire que l’économie amorce la nouvelle année avec un certain élan.

L’agence Institute for Supply Management a indiqué mercredi que son indice avait augmenté à 50,7 en décembre, par rapport à 49,5 le mois précédent. Les données de novembre étaient les plus basses depuis juillet 2009, soit un mois après la fin de la récession. Un indice supérieur à 50 signale une expansion de l’activité.


Certains signaux positifs pour la production manufacturière ont émergé ces derniers temps. En novembre, les entreprises ont augmenté substantiellement leurs commandes pour de l’équipement lourd, dans un reflet de leurs projets d’investissement. Un bond similaire avait été enregistré en octobre.

 

Surplace au Canada


Au Canada, le secteur manufacturier canadien a fait du surplace en décembre, a indiqué mercredi la Banque Royale tout en affirmant qu’elle voyait des raisons d’être optimiste.


L’indice des gestionnaires en approvisionnement des fabricants canadiens de la Royale s’est établi à 50,4 points en décembre, la faiblesse de l’économie mondiale et la vigueur du dollar canadien ayant miné la performance du secteur. L’indice de la Royale a atteint en moyenne 50,7 points pour le quatrième trimestre - sa plus faible lecture trimestrielle depuis le début de la collecte des données pour cet indice, en octobre 2010 - contre un indice de 52,8 points au troisième trimestre.


Mais l’économiste en chef de la Banque Royale, Craig Wright, affirme que la demande pour les exportations canadiennes est appelée à grimper, tout comme les investissements et les embauches, à travers tous les secteurs de l’économie, au fur et à mesure que les politiques fiscales aux États-Unis et ailleurs se clarifieront dans les prochains mois. Les conditions d’affaires des fabricants se sont améliorées en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario en décembre, révèlent les résultats du sondage.


La Banque Royale a effectué son enquête avec Markit, une société de services d’information financière mondiale, et l’Association canadienne de gestion des achats.

À voir en vidéo