Le coût des catastrophes est en baisse en dépit de Sandy

Difficile d’imaginer meilleure photo pour illustrer le passage de l’ouragan Sandy à New York.
Photo: Agence France-Presse (photo) Brendan Smialowski Difficile d’imaginer meilleure photo pour illustrer le passage de l’ouragan Sandy à New York.

Swiss Re estime que le coût des catastrophes naturelles et humaines devrait atteindre 140 milliards en 2012, selon une étude publiée par le réassureur helvète mercredi.


L’ensemble du secteur de l’assurance devrait couvrir ces pertes économiques à hauteur de 65 milliards, a précisé Swiss Re, l’un des plus gros réassureurs mondiaux. Ce montant est nettement inférieur à l’année 2011, durant laquelle les assureurs avaient couvert plus de 120 milliards de dollars de dommages à la suite d’un nombre record de tremblements de terre et d’inondation.


Les coûts que devront couvrir les assureurs en 2012 seront toutefois supérieurs à la moyenne sur dix ans, précise l’étude de Swiss Re.


Après un premier semestre plutôt clément, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles se sont accélérées au second semestre avec la sécheresse aux États-Unis et l’ouragan Sandy qui s’est abattu notamment sur la cote Est du pays. Les coûts assurés de cet ouragan se situent entre 20 et 25 milliards, souligne l’étude de Swiss Re.


« Toutefois, le montant total des pertes assurées est sujet à un haut degré d’incertitude, dans la mesure où il est encore trop tôt pour jauger l’ensemble des dommages finaux », précise l’assureur dans son étude.


Le rapport estime par ailleurs que la sécheresse aux États-Unis devrait générer des pertes dans le secteur agricole d’environ 11 milliards.

 

Sandy


Pour leur part les Lloyd’s de Londres ont estimé mercredi à 2 à 2,5 milliards les sinistres qu’ils devront supporter après l’ouragan Sandy mais assurent avoir les ressources pour y faire face. « Les Lloyd’s demeurent financièrement solides et, même si les sinistres liés à l’ouragan peuvent encore évoluer avec le temps, l’exposition totale du marché est bien dans les limites des scénarios du pire pour lesquels nous avons établi nos modèles et nous nous sommes préparés », a souligné le directeur général Richard Ward dans un communiqué.


L’ouragan meurtrier Sandy a dévasté fin octobre des régions du nord-est des États-Unis et fait 110 morts, endommageant plusieurs centaines de milliers de logements et d’entreprises, ainsi que des infrastructures.

1 commentaire
  • Michel Fecteau - Inscrit 20 décembre 2012 09 h 46

    Donc, le titre n'est pas nécessairement exact...

    Les dommages assurés constituent une partie seulement des dommages totaux et les assureurs excluent de plus en plus certains dommages causés par des catastrophes naturelles. De plus, Sandy a endommagé ou détruit de nombreuses infrastructures municipales ou gouvernementales qui ne sont généralement pas assurées, comme les rames de métro, les ponts, les routes, etc. Généralement, les gouvernements s'autoassurent.