Les entreprises canadiennes sont inquiètes, note la Banque du Canada

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a dit hier qu’il ferait preuve de transparence au sujet d’une hausse possible des taux d’intérêt.
Photo: La Presse canadienne (photo) Chad Hipolito Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a dit hier qu’il ferait preuve de transparence au sujet d’une hausse possible des taux d’intérêt.

Ottawa – Les entreprises canadiennes semblent se préparer à une période économique difficile et incertaine, affirme la Banque du Canada dans une étude rendue publique lundi.


L’enquête trimestrielle réalisée par la banque centrale auprès des dirigeants de 100 entreprises à travers le pays démontre que le monde des affaires s’inquiète de l’avenir davantage qu’il ne le faisait il y a trois mois, et qu’il se prépare en conséquence. L’étude témoigne d’un ralentissement général des prévisions en ce qui a trait aux ventes, aux investissements et à l’embauche, a indiqué la banque.


Les responsables du crédit des entreprises font état, en revanche, d’un accès plus facile au crédit, même s’il est permis de douter que plusieurs dirigeants choisiront de s’en prévaloir.


« Les résultats de l’enquête de l’automne donnent à penser que, dans un contexte marqué par une croissance lente de l’économie mondiale et une incertitude concernant la demande, les firmes ont modéré leurs attentes à l’égard de l’activité écono-mique », a écrit la banque centrale. « Les entreprises font en général preuve de davantage de prudence pour ce qui est des décisions d’investissement à court terme et cherchent à réduire leurs coûts », a-t-elle ajouté.


La banque a expliqué que les entreprises les plus exposées aux problèmes de l’économie mondiale comptaient aussi parmi celles qui ont le plus revu leurs attentes à la baisse, surtout dans le secteur manufacturier.


Les conclusions de l’enquête devraient jouer un rôle dans les prochaines annonces de la banque en matière de politique monétaire et de perspectives économiques, qui doivent toutes deux avoir lieu la semaine prochaine. Les économistes s’attendent pour la plupart à ce que le gouverneur de la banque, Mark Carney, maintienne inchangés les taux d’intérêt et réduise davantage ses prévisions de croissance.


Dans la foulée, Mark Carney s’est engagé lundi à faire preuve de transparence dans toute décision que la banque prendra pour augmenter les taux d’intérêt, à l’avenir. À l’occasion d’une allocution prononcée à Nanaimo, en Colombie-Britannique, M. Carney a dit vouloir s’assurer que les Canadiens sachent exactement ce que fait la banque et pourquoi elle le fait.


Si la banque centrale « devait contrer de nouveaux déséquilibres touchant la dette des ménages, elle l’annoncerait clairement et indiquerait combien de temps elle estime qu’il faudrait avant que l’inflation retourne à la cible de 2 % », a-t-il affirmé.


On ignore si M. Carney préparait alors le terrain en prévision d’un changement de politique, mais l’exemple choisi est révélateur parce qu’il touche à l’un des aspects de l’économie canadienne présenté par le gouverneur comme étant le plus vulnérable. Il est inhabituel pour M. Carney de se laisser aller à des spéculations, même dans des cas hypothétiques.


En conclusion dans le cadre de son discours, M. Carney a de nouveau souligné ses intentions.


« La banque prendra toutes les mesures qui s’imposent pour atteindre la cible d’inflation de 2 % à moyen terme, a-t-il déclaré. Cette certitude est notre contribution pour veiller à ce que les Canadiens puissent investir et planifier en toute confiance », a ajouté le gouverneur.