Centre d’appels - Déménagements d’emplois

Photo: Agence France-Presse (photo) Kattell Abivel

Mauvaise nouvelle en plein coeur de l’été pour 330 employés d’IHD Services Quebec, propriété de l’américaine Idea. Ils ont appris lundi qu’ils seront licenciés dans les prochaines semaines, puisque l’entreprise a décidé de déménager les emplois de Montréal au sud de la frontière.

Selon ce qu’a expliqué une porte-parole d’IHD Services Quebec au quotidien The Gazette, la direction de l’entreprise aurait jugé que la suppression des postes en sol québécois et leur transfert aux États-Unis constituaient une décision « stratégique ». Elle a fourni très peu de détails concernant la fermeture à venir, se contentant d’affirmer que l’entreprise allait soutenir « les employés touchés du mieux qu’elle peut ».


Selon les témoignages de certains des employés montréalais, la décision des dirigeants leur aurait été transmise par courriel. Celle-ci aurait été reçue comme un «choc» par les travailleurs. Les employés ont droit à un préavis de congédiement de 16 semaines.


La fin des activités dans la métropole coïncide avec le rachat du propriétaire américain d’IHD Services Quebec.

 

Une firme d’investissement basée à Los Angeles, The Gores Group LLC, a en effet acquis Idea, dont le siège social est situé en sol américain.


Il s’agit d’une nouvelle perte de centaines d’emplois dans le secteur des centres d’appels situés au Québec. En juillet 2011, l’entreprise IQT Solutions avait congédié du jour au lendemain plus de 600 personnes travaillant à ses installations de Trois-Rivières et Laval. Ceux-ci n’avaient alors pas eu droit au moindre préavis ni à leur dernier chèque de paie. Quelque 600 autres emplois avaient également été éliminés en Ontario au même moment.


La direction de l’entreprise avait alors simplement décidé de déménager ses opérations québécoises vers le Tennessee, attirée par l’aide gouvernementale offerte. En 2000, cette entreprise avait reçu une subvention de 670 000 $ de la part d’Investissement Québec.


Le Québec a aussi subi des mises à pied substantielles dans le secteur manufacturier au cours des derniers mois. En janvier dernier, Mabe a annoncé la mise à pied de plus de 700 personnes à Montréal. L’entreprise a en effet décidé de transférer la fabrication de sécheuses au Mexique et aux États-Unis. Dans ce cas, la direction a évoqué la force du dollar canadien et la baisse de la demande américaine pour justifier sa décision. Mabe a un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards de dollars par année.


En décembre 2010, Electrolux avait pour sa part décidé de poursuivre sa stratégie de déploiement vers les pays à faibles coûts de main-d’oeuvre en annonçant la fermeture graduelle de son usine de L’Assomption. Un total de 1300 personnes doivent perdre leur emploi cette année et l’année prochaine.


Encore une fois, la production doit être transférée aux États-Unis, plus précisément à Memphis, au Tennessee. Pressés d’attirer des entreprises, quitte à y sacrifier des millions de dollars de fonds publics, les divers ordres de gouvernement ont promis à Electrolux différentes subventions totalisant 132 millions de dollars.

À voir en vidéo