Le ministre Flaherty met fin à la production de la pièce d’un cent

Winnipeg - La Monnaie royale canadienne a frappé hier matin la toute dernière pièce d’un cent. Le ministre des Finances, Jim Flaherty, qui avait annoncé dans son plus récent budget, le 29 mars, la fin de la production de la « cenne noire », a appuyé lui-même sur le bouton de la machine qui a frappé ensuite le dernier lot, à Winnipeg. 

La toute dernière de ces pièces sera acheminée vers le Musée de la monnaie, à Ottawa. M. Flaherty estime que le gouvernement canadien épargnera ainsi 11 millions $ par année. Le ministre a fait valoir que la pièce d’un cent coûte plus cher à produire que sa valeur monétaire, et qu’elle ne représente plus qu’une nuisance pour les entreprises.

1 commentaire
  • Lorne Kirkwold - Inscrit 6 mai 2012 22 h 21

    Non à la fin du cent

    Permettez-moi d'exprimer mon désaccord avec cette politique. La raison pour ma désaccord n'est pas économique, mais parce qu'il s'agit du développement cognitif chez les enfants. Pour les enfants en train de faire leurs premiers achats, les étapes pour arrondir leur sont très abstraites, ne nous entendons-nous pas là-dessus? Au départ, on devrait les encourager plutôt à compter au cent exact. Quand on apprend à compter, il y a d'abord la suite habituelle de numéros. La suite maîtrisée, on vient par la suite à compter par cinq (ou peut-être par deux, d’où viennent les idées pair et impair, même avant cela).

    Afin de garder la bonne séquence pour l'apprentissage chez les
    enfants, gardons en place le cent pour des raisons pédagogiques. Ils peuvent ainsi apprendre à compter au montant exact. Pour éviter de la confusion, on doit permettre aux enfants de compter leurs cents pour leurs achats et pour la petite monnaie qui leur est rendue.