Livres électroniques: Washington poursuit Apple et d’autres éditeurs

Photo: Jacques Grenier - Le Devoir

Le gouvernement américain a déposé une poursuite antitrust contre Apple et différents éditeurs de livres devant un tribunal de New York, leur reprochant de s’être entendus pour gonfler artificiellement le prix des livres électroniques afin de freiner la concurrence dans ce domaine.

Le gouvernement a aussi fait savoir qu’il s’est déjà entendu avec les maisons d’édition Hachette, HarperCollins et Simon & Schuster. En plus d’Apple, la poursuite cible maintenant les éditeurs Holtzbrinck Publishers, qui fait affaire sous le nom Macmillan, et The Penguin Publishing Company, qui fait affaire sous le nom Penguin Group.

La poursuite a été déposée aujourd'hui devant une cour fédérale, à Manhattan. Les autorités américaines affirment que le stratagème visait à faire échec au géant Amazon, qui offrait des livres électroniques pour moins de 10 $ US.

La poursuite précise que le complot a été fomenté au moment où Apple s’apprêtait à lancer le iPad. L’entente aurait accordé à Apple une commission de 30 pour cent sur chaque livre électronique qu’elle vendait. L’entente interdisait aussi apparemment aux maisons d’édition de vendre leurs livres moins cher aux rivaux d’Apple, ce qui aurait forcé Amazon à gonfler ses prix.

Apple n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Depuis le lancement de son lecteur électronique Kindle en 2007, Amazon offre ses meilleurs vendeurs pour seulement 9,99 $ US, un rabais considérable par rapport au prix courant de 20 $ US et plus. Certains croient qu’Amazon vend ses livres à perte pour attirer des clients et contraindre ses rivaux à abaisser leurs propres prix.

Amazon exige aussi des rabais plus importants des maisons d’édition et a cessé d’offrir les livres du Independent Publishers Group, avec qui il n’avait pas réussi à s’entendre.

Le lancement du iPad, il y a deux ans, avait donné aux maisons d’édition espoir de voir les consommateurs délaisser le Kindle et réduire le pouvoir d’Amazon. Toutefois, le iBookstore d’Apple n’a jamais réussi à s’imposer, même si la part de marché contrôlée par Amazon serait passée de 90 pour cent à environ 60 pour cent.

Le Nook, de Barnes & Noble, arriverait en deuxième place avec 25 pour cent, contre de 10 à 15 pour cent pour le iBookstore.

À voir en vidéo