L'ancien patron de SNC-Lavalin dédommagé à hauteur de 4,9 millions

Pierre Duhaime<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Pierre Duhaime

La firme d'ingénierie SNC-Lavalin versera à son ancien chef de la direction Pierre Duhaime près de 5 millions en arrangement de départ, après l'avoir relevé de ses fonctions la semaine dernière.

L'homme de 57 ans restera employé de SNC jusqu'au 27 juin, mais il ne se verra assigner aucune responsabilité et ne prendra aucune décision liée aux politiques de l'entreprise, a précisé la société montréalaise dans un document réglementaire en prévision de son assemblée annuelle prévue au mois de mai.

SNC-Lavalin a indiqué que M. Duhaime prenait sa retraite après qu'une enquête interne eut conclu qu'il avait contrevenu au code de déontologie de l'entreprise en autorisant des commissions irrégulières totalisant 56 millions des agents commerciaux non identifiés.

Son arrangement de départ comprend un paiement de 1,9 million en maintien de salaire pour deux ans à partir de juin. Il recevra aussi 115 500 $ en avantages sociaux et une aide au perfectionnement professionnel et à la transition de 550 000 $.

Même si le conseil d'administration a décidé de ne pas donner de prime à M. Duhaime pour l'exercice 2011, il a reçu 77 100 options d'achat d'actions évaluées à 1,7 million en mai dernier. La valeur des deux années de prestations de retraite auxquelles il aura droit en 2014 est de 921 000 $.

La rémunération totale de Pierre Duhaime s'est élevée à 2,7 millions l'an dernier, a précisé SNC. Cela comprend un salaire de base de 950 000 $, lequel a crû de 62 % depuis son accession au poste de chef de la direction, en 2009.

À la lumière de la diminution de 17,9 millions des profits en 2010, la société a décidé de récupérer certaines primes payées à deux hauts dirigeants impliqués dans l'affaire des paiements controversés.

M. Duhaime devra rembourser 184 000 $ en paiements, tandis que l'ancien vice-président exécutif Riadh Ben Aissa se verra demander de rendre 42 800 $.
1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 4 avril 2012 07 h 40

    Le prix

    4 900 000$; voilà le prix de l'incompétence.
    Tout va bien dans la classe dirigeante; les «cerveaux» ont un prix, c'est sûr.