La récession en Grèce sera pire que prévu

Athènes — La récession en 2012 devrait être pire que prévu avec une chute du PIB, pour la cinquième année consécutive, estimée à 4,5 %, a mis en garde la Banque de Grèce dans son rapport annuel publié hier.

«Selon des prévisions provisoires, la baisse moyenne annuelle du PIB en 2012 doit atteindre 4,5 %, l'emploi baisser de 3 % et le taux de chômage moyen annuel dépasser 19 %», indique ce Rapport annuel de politique monétaire, rappelant qu'en 2011, le PIB national a reculé de 6,9 %.

La Commission européenne avait pour sa part indiqué en février tabler pour 2012 sur une récession de 4,4 %, le FMI portant lui cette prévision à -4,8 %, soit bien pire que les pronostics de départ tablant lors du vote du budget 2012 début décembre sur un recul de 2,8 %.

Dans le meilleur des cas, et si le pays applique à la lettre son programme de redressement mis au point avec ses bailleurs de fonds de l'UE et du FMI, 2013 «peut marquer le début de la relance, même si en moyenne annuelle le PIB doit encore reculer d'environ 0,5 %», ajoute le rapport.

La Grèce renouera avec la croissance «d'ici moins de deux ans», a pour sa part assuré le premier ministre grec, Lucas Papademos dans une interview au Financial Times publiée hier.

«Je suis convaincu que nous avons fait plus de la moitié du chemin de la reprise écono-mique, même si le processus de consolidation budgétaire prendra plus de temps. Des taux de croissance positifs devraient être atteints d'ici moins de deux ans», a-t-il affirmé.