Delta Airlines ou US Airways pourraient acquérir American Airlines

Le marché boursier s'agitait hier sur fond de rumeurs d'éventuelles grandes manœuvres dans le ciel américain. Les scénarios avancés plaçaient Delta Airlines et US Airways au rang des acquéreurs potentiels d'AMR, société mère d'American Airlines, présentement en restructuration sous la protection des tribunaux.

Delta, numéro 2 américain, était particulièrement dans la mire des spéculateurs. Son action a bondi de 4 % hier, pour remonter autour des 9 $US. Selon le Wall Street Journal, Delta et un investisseur institutionnel TPG souhaiteraient, dans des transactions distinctes, se porter acquéreurs d'AMR. Les parties n'ont fait aucun commentaire.

Selon l'agence Reuters, Delta aurait eu recours aux services de Blackstone à titre de conseiller financier à cette fin. Le transporteur aurait également conclu, au terme d'une analyse, qu'elle pourrait répondre aux craintes anticoncurrentielles. Les observateurs cités hier doutaient cependant qu'un rapprochement entre les numéros 2 et 3 de l'industrie américaine reçoive la bénédiction du Bureau de la concurrence. Au gigantisme et aux nombreux dédoublements d'une telle fusion entre Delta et AMR s'ajouteraient des considérations liées à la concurrence entre alliances mondiales, Delta faisant notamment équipe avec Air France-KLM au sein de SkyTeam alors qu'AMR partage l'alliance Oneworld avec British Airways.

L'autre rumeur qui circulait hier plaçait cette fois US Airways au sommet de la liste des repreneurs potentiels d'AMR. Ce scénario, plus plausible, était déjà évoqué dans la foulée de la décision d'AMR de recourir à la protection des tribunaux, le 29 novembre dernier. On retenait alors que, dans la continuité de ce mouvement de consolidation dans une industrie souffrant de surcapacité chronique, il était désormais attendu qu'au sortir de sa restructuration sous le chapitre 11, American Airlines pourra envisager un rapprochement avec US Airways, devenue numéro 5 aux États-Unis après sa fusion avec America West en 2005, dont le modèle d'affaires reposant sur le jeu des plaques tournantes est similaire.

Se targuant d'avoir été la seule grande compagnie aérienne à ne pas s'être restructurée sous la protection des tribunaux au lendemain des attentats du 11-Septembre, AMR ne tient désormais plus la concurrence, avec une structure de coûts supérieure de 800 millions et une flotte trop vieille par rapport à celle, modernisée et moins énergivore, de ses principaux concurrents.

Ses principaux concurrents ont abaissé leurs coûts et obtenu des concessions, touchant tant les salaires que les régimes de retraite, en recourant à la protection des tribunaux. Ce fut le cas pour US Airways et United Airlines en 2002, pour Delta et Northwest en 2005. Ils ont également joué le jeu de la consolidation, améliorant leur flexibilité et la puissance de leurs réseaux. Delta s'est portée acquéreur de Northwest alors qu'United et Continental se sont regroupés pour former une puissante alliance, notamment sur le marché transatlantique, à laquelle Air Canada participe.

À voir en vidéo