Google mise gros sur le Canada

Toronto — Google a marqué le dixième anniversaire de sa présence au Canada en doublant pratiquement la taille de son effectif au pays, et la société californienne établie à Mountain View s'attend à croître encore davantage au Canada en 2012.

«Le Canada est un des marchés à plus forte croissance pour Google et c'est l'un de ceux sur lesquels nous misons le plus. C'est un marché envers lequel nous sommes très engagés et où nous investissons lourdement en ce qui a trait aux ressources. Sa croissance est très, très rapide», explique Eric Morris, responsable de la publicité mobile chez Google Canada.

M. Morris était l'un des deux premiers employés de Google à s'installer au nord de la frontière, lorsque la société y a ouvert un bureau en 2001. Elle en compte aujourd'hui environ 300.

«Nous espérons continuer à croître avec autant de robustesse en 2012. Nous allons continuer à prendre de l'expansion ici et nous allons continuer d'embaucher et d'investir au Canada.»

Google compte actuellement quatre bureaux canadiens: un à Toronto, un à Waterloo, en Ontario, un à Montréal et un dernier à Ottawa. Les employés canadiens participent à certains des projets prioritaires de Google. «Certains des talents les plus brillants de la compagnie proviennent de Waterloo et d'autres endroits au Canada», note M. Morris.

«Ils ont apporté leur contribution au [service de messagerie électronique] Gmail, à certaines de nos applications mobiles et à faire d'Internet un endroit plus sécuritaire et plus rapide avec des projets comme [le navigateur] Chrome et la suppression de logiciels malveillants — alors un très grand nombre d'innovations technologiques proviennent du Canada.»

Selon M. Morris, la croissance de la présence de Google au Canada est grandement attribuable à la solide culture numérique qui y règne et à la façon dont celle-ci s'est développée au cours de la dernière décennie.

En 2002, la société s'attendait à ce que 70 % de la population canadienne ait accès à Internet d'ici 2017 — alors que ce taux est déjà supérieur à 80 %.

Difficile

M. Morris admet qu'il est difficile d'expliquer à ses confrères du Canada pourquoi le pays n'est toujours pas parmi les premiers à obtenir l'accès aux nouveautés développées par Google et précise que l'absence de Google Voice en particulier est «la plus difficile».

«Oui, je crois que c'est frustrant. Je suis un amoureux des technologies et même si je travaille ici, je n'ai pas toujours accès à tout ce dont j'entends parler», explique-t-il.

«Nous travaillons là-dessus. Ce sont des produits compliqués — lorsque nous le pouvons, nous effectuons des lancements mondiaux — mais ces produits comprennent certaines nuances, qu'il s'agisse de différences de langages ou de politiques propres à certains pays, qui rendent ces lancements mondiaux plus difficiles.»

Les Canadiens n'ont pas non plus accès à Google Wallet, qui permet à ses utilisateurs d'effectuer des paiements à l'aide de leur téléphone intelligent. En général, les entreprises canadiennes sont toujours un peu en retard en matière de commerce électronique, ce que Google considère comme une occasion d'affaires, selon M. Morris.