Commerce international - L'OMC revoit à la baisse ses prévisions de croissance

Genève — L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a révisé à la baisse hier ses prévisions de croissance du commerce mondial pour 2011, en raison de l'aggravation de la situation économique mondiale, constatée ces derniers mois, selon le rapport annuel de cette organisation publié hier.

«À la lumière de la détérioration de la situation économique, les prévisions de croissance des exportations mondiales pour 2011 sont révisées à 5,8 %, au lieu de 6,5 % , estimés précédemment», indique le rapport de l'OMC, qui porte sur la période mi-octobre 2010/mi-octobre 2011. Cette révision est une confirmation de ce que l'OMC avait déjà prédit le 23 septembre dernier. Ce jour-là, le directeur général de l'OMC Pascal Lamy avait annoncé que le commerce mondial allait être moins important que prévu pour l'année en cours.

Incertitude

Le rapport de l'OMC note que la croissance des exportations des pays développés en 2011 est évaluée à 3,7 % et celle des pays en développement à 8,5 %. «Les perspectives de l'économie globale se sont considérablement aggravées ces derniers mois, les risques et incertitudes augmentent, alors que des signes encourageants de rétablissement avaient été relevés fin 2010», indiquent dans ce rapport les experts de l'OMC.

Pour l'organisation, l'activité économique mondiale est en train de ralentir, le niveau de l'endettement et la volatilité financière augmentent. Ces «risques sont aggravés par la perception au sein des marchés, que les réponses des gouvernements à tous ces défis n'ont pas été adéquates jusqu'à présent», relève le rapport.

«Dans un contexte de plus grande incertitude économique et de risques mondiaux accrus, il est d'autant plus important que le processus d'ouverture des échanges mondiaux se poursuive», a plaidé M. Lamy.

Selon lui, prendre des décisions unilatérales pour protéger les secteurs productifs nationaux ne peut pas constituer une réponse aux problèmes mondiaux, mais risque plutôt d'aggraver les choses en déclenchant une spirale de représailles dans laquelle tous les pays seraient perdants.

En décembre prochain, comme tous les deux ans, une conférence ministérielle de l'OMC sera organisée à Genève, avec à l'ordre du jour les négociations sur le cycle de Doha pour la libéralisation du commerce mondial.

Entamées il y a exactement dix ans au Qatar, ces négociations restent bloquées en raison de divergences entre pays industrialisés et pays émergents.