Tout ne va pas si mal, dit Sophie Brochu

Sophie Brochu: Les mauvaises nouvelles, «c’est épeurant et, à un moment donné, ça tue l’entrepreneuriat.»<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Sophie Brochu: Les mauvaises nouvelles, «c’est épeurant et, à un moment donné, ça tue l’entrepreneuriat.»
«Quand il y a des projets qui sont porteurs et qui sont menés par des instigateurs solides, on peut attirer au Canada, et particulièrement au Québec, des investisseurs étrangers, a-t-elle expliqué hier, en entrevue au Devoir. C'est un message positif à envoyer dans une mer qui est toujours dépeinte de façon négative.»

Mme Brochu en veut pour preuve deux importants projets dont le financement a été conclu récemment. Ainsi, la semaine dernière, Boralex, Gaz Métro et Valener ont annoncé avoir complété un financement de 725 millions de dollars pour le projet de parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré, situés près de Québec. Gaz Métro s'est également assurée un financement privé de 260 millions, financement qui servira à l'acquisition de Central Vermont Public Service Corporation.

Et selon elle, ce ne sont là que deux exemples de projets qui ont passé le test du financement. «Le Québec est dynamique dans le secteur énergétique», a-t-elle insisté. Pourtant, ce n'est pas, selon elle, l'image qui est véhiculée dans les médias, qui font beaucoup plus état des mauvaises nouvelles économiques. «C'est épeurant et, à un moment donné, ça tue l'entrepreneuriat. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de risque, mais il y a tout de même de très belles choses qui se réalisent.»

À preuve, a ajouté Mme Brochu, Gaz Métro travaille sur plusieurs projets dans le secteur des transports. Ainsi, la société implante présentement un réseau d'alimentation de camions au gaz naturel liquéfié (GNL), en partenariat avec le Groupe Robert, sur le corridor Québec-Toronto. Québec a aussi annoncé récemment l'acquisition de trois traversiers qui fonctionneront au GNL. D'autres projets seraient en développement dans le domaine du transport ferroviaire.

Il n'est pas exclu d'étendre éventuellement le réseau du distributeur sur un territoire beaucoup plus vaste au Québec, notamment sur la Côte-Nord. Avec le développement de l'industrie du gaz de schiste, Gaz Métro pourrait en effet accroître de façon très importante son réseau de gazoducs au cours des prochaines années. Certains projets étaient déjà discutés avec des entreprises gazières avant que le débat sur l'implantation de cette industrie ne prenne autant d'ampleur au Québec.

Gaz Métro, a précisé Mme Brochu, participe d'ailleurs aux travaux du comité de l'évaluation environnementale stratégique en cours en fournissant des informations sur la consommation de gaz naturel dans la province, mais aussi sur les modalités de transport de cette source d'énergie fossile.

Par ailleurs, Valener, qui détient depuis septembre 2010 la participation du public investisseur dans Société en commandite Gaz Métro, a annoncé hier un bénéfice net de 30,3 millions de dollars pour l'exercice 2011, lequel se compose principalement de la quote-part d'environ 29 % du bénéfice net de Gaz Métro, soit 47,6 millions.
2 commentaires
  • Gert - Inscrit 20 novembre 2011 09 h 58

    Oui les projets gazier

    Vous croyez que les projets gazier sont propices aux investisseurs , je crois que c'est le temps de changer de cap avant qu'il soit trop tard sinon la planette vas se débarasser de nous , on dirait que l'argent aveugle le lobbéiste , pouquoi les lobbéiste n'investient pas dans les énergies propres,, mais non , ils ne feront pas d'argent assez vite , s'ils investissaient au propre au lieu de tout détruire au détriment de la santé et de la pollution , Bon sans , réveillez vous sinon dans quelques années , ce ne sera plus vivable sur la terre, vous voyez que la polution ne s'améliore pas et la terre se dégrade de plus en plus , regardez tous les sinistres qui arrivent, c'est un avertissement et le lobbéiste en veut encore plus et plus sans se préoccupé de la planette.

    Ça prend du changement et assez vite merci. si les lobbéistes embarqueraient dans les énergies propres , ils pourraient faire de l'argent pareil , peut-être un peu moins vite mais ils rendraient tout le monde heureux et même les gens , investiraient dans les énergies propres , question de logique , ce que quelques gens ont perdu depuis quelques années .

    La terre a ses limites et je crois qu'on arrive a la fin de ses limites et si on ne se reveille pas , ils sera trop tard avant bien des années et même peut-être des jours .
    Gerty