Le Nobel d'économie est décerné à deux chercheurs américains

Les lauréats Christopher Sims et Thomas Sargent <br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Stan Honda Les lauréats Christopher Sims et Thomas Sargent

Stockholm, Suède — Les Américains Thomas Sargent et Christopher Sims ont remporté le prix Nobel d'économie hier pour avoir mis en lumière le lien de cause à effet entre l'économie et les instruments de politique comme les taux d'intérêt et les dépenses publiques.

Tous deux âgés de 68 ans, ils ont développé chacun de leur côté dans les années 1970 et 1980 des méthodes pour permettre de savoir, par exemple, comment la croissance économique et l'inflation sont affectées par une augmentation temporaire des taux d'intérêt ou des baisses d'impôts. Les méthodes qu'ils ont développées sont devenues «des outils essentiels de l'analyse macroéconomique», souligne le comité Nobel.

Thomas Sargent enseigne à l'Université de New York tandis que Christopher Sim enseigne à celle de Princeton.

L'annonce des lauréats en économie boucle la saison 2011 des Nobel. La cérémonie de remise des prix et du chèque de 10 millions de couronnes suédoises (environ 1,5 million canadien) versé pour chaque discipline aura lieu le 10 décembre — jour anniversaire de la mort d'Alfred Nobel en 1895 — à Stockholm, mis à part pour le prix Nobel de la paix, remis à Oslo.

En ce qui concerne les lauréats en économie, «Sargent nous a aidés à comprendre les effets des changements politiques systématiques et Sims s'est concentré sur la façon dont les chocs se propagent dans toute l'économie», résume l'Académie royale des sciences de Suède. Ils ont développé des modèles servant à mesure la façon parfois surprenante dont les gens réagissent à des changements de politique économique.

Thomas Sargent a montré comment «la macroéconomie structurelle» peut servir à analyser les changements permanents dans la politique économique, une méthode qui peut être appliquée à l'étude de la façon dont les ménages et entreprises ajustent leurs attentes en fonction des événements économiques.

Christopher Sims a mis au point une méthode basée sur le «vecteur autorégressif» (VAR) pour analyser l'impact sur l'économie de changements temporaires dans la politique économique ou d'autres facteurs comme une augmentation des taux d'intérêt, précise l'Académie.

Les chercheurs ont contribué aux modèles utilisés aujourd'hui par les gouvernements pour décider de réduire les déficits ou de dépenser plus afin de sortir l'économie de l'ornière.