Monique Leroux, présidente du Mouvement Desjardins - Les risques d'une récession «sont accrus»

Les économistes y vont tous de prédictions sur la probabilité d'une nouvelle récession américaine — et de son impact ici —, mais les conditions de prêts hypothécaires au Mouvement Desjardins n'ont pas changé, a affirmé hier sa présidente.

En marge d'une allocution au Conseil des relations internationales de Montréal, Monique Leroux a indiqué que le Mouvement Desjardins surveille de très près la situation économique et que les risques d'une récession «sont accrus».

Le Mouvement Desjardins contrôle un peu moins de 40 % du marché hypothécaire au Québec, selon les informations généralement ventilées, soit un bloc totalisant 75 milliards au 31 mars dernier.

Crédit responsable

«Nous travaillons beaucoup avec nos membres pour mettre en avant l'épargne, tout en étant au rendez-vous lorsqu'ils ont besoin de crédit pour leurs projets», a dit Mme Leroux lors d'un point de presse. Invitée à dire si les conditions sont plus serrées qu'avant, elle a dit qu'elles «sont les mêmes», mais que Desjardins souhaite que le crédit octroyé à ses membres demeure «responsable».

Mme Leroux a dit lors de son discours que «notre environnement est à nouveau marqué par beaucoup d'instabilité» et que tout dépendra du niveau de concertation entre les grands acteurs à Washington et en Europe, où la dette de certains pays, comme la Grèce, pèse très lourd sur l'ensemble de la zone euro.

«Deux choses sont essentielles. La première: nous devons revenir à de saines pratiques budgétaires et d'affaires. La seconde: nous devons absolument travailler ensemble. Nous devons remettre l'accent sur l'épargne et un usage plus judicieux du crédit, tant à l'échelle des ménages et des entreprises qu'à celle des gouvernements», a-t-elle dit.

Les économistes du Mouvement Desjardins ont récemment révisé leurs prévisions à la baisse. Pour les États-Unis, ils s'attendent à une croissance de 1,5 % en 2012, comparativement à 3 % tel que prévu à l'origine. Le Canada et le Québec devraient enregistrer des gains de 2,1 % et de 1,7 %.

L'allocution devant le CORIM a porté notamment sur le rôle du Mouvement en tant que coopérative et l'appui qu'il peut offrir aux sociétés québécoises qui se trouvent à un moment crucial: celui du transfert à la génération suivante.

Par ailleurs, le Mouvement Desjardins entend procéder d'ici le début de 2012 à une nouvelle émission de parts permanentes. De nouvelles règles adoptées à l'échelle mondiale — appelées Bâle III — imposeront aux banques des exigences plus strictes quant au coussin financier qu'elles doivent avoir pour traverser des périodes de vaches maigres.

Même s'il ne s'agit pas d'une banque proprement dite, le Mouvement Desjardins, a affirmé Mme Leroux, se conforme déjà sans problème aux règles.