Le G7 promet d'apporter une «réponse forte» au ralentissement

Marseille — Les pays riches du G7 sont décidés à apporter une «réponse internationale forte et coordonnée» pour relever les défis posés par le ralentissement de la croissance mondiale, a déclaré hier à Marseille le ministre français des Finances, François Baroin.

Le ministre français a précisé que le G7, dont les grands argentiers étaient réunis hier à Marseille, était parvenu à trouver «un point d'équilibre» dans la «difficile tâche» de combiner réduction des déficits et soutien à la croissance, compte tenu de la «fragilité de la reprise». «Nous avons eu des discussions importantes à ce sujet et ce point d'équilibre, nous sommes parvenus à le trouver», a-t-il assuré devant la presse, au terme de la première journée de cette réunion des ministres des Finances du G7.

«Il y a désormais des signes clairs de ralentissement de la croissance mondiale. Nous sommes décidés à apporter une réponse internationale forte et coordonnée pour relever ces défis», a précisé de son côté une déclaration écrite du G7. Les ministres des Finances de ce groupe de pays riches n'avaient pas prévu de publier un communiqué, mais ils ont finalement décidé de rendre publics des «Termes de référence agréés», selon ce texte.

Devant les «inquiétudes», il y a «besoin d'un effort concerté au niveau international pour soutenir une croissance forte, durable et équilibrée», a encore dit M. Baroin, dont le pays préside actuellement le G7 (États-Unis, Allemagne, France, Japon, Italie, Grande-Bretagne et Canada), «Nous devons tous adopter et mettre en oeuvre des plans de consolidation budgétaire ambitieux et favorables à la croissance, ancrés dans des cadres budgétaires crédibles», indique encore cette déclaration.

Condamnant la volatilité «excessive et les mouvements désordonnés» des changes, le G7 a également promis une consultation «étroite s'agissant de possibles actions sur les marchés des changes» et une coopération «de façon appropriée». Le secrétaire américain, Timothy Geithner, avait exclu plus tôt dans la journée une action concertée des banques centrales sur le marché des changes.

Revenant sur les inquiétudes concernant la fragilité du système bancaire, notamment en Europe, le G7 a rappelé que les banques centrales étaient «prêtes à fournir des liquidités aux banques si besoin en est», selon la déclaration des ministres et des gouverneurs des banques centrales du G7.

Le G7 a également indiqué qu'il allait travailler avec les pays du G20, qui regroupe pays riches et émergents, «au rééquilibrage de la demande et au renforcement de la croissance mondiale».

Les grandes puissances sont pressées de faire quelque chose pour éviter une rechute de la croissance après la grande récession de 2008-09, alors que les places financières ont connu vendredi une nouvelle dégringolade.

À voir en vidéo