Wall Street a connu sa meilleure semaine depuis deux ans

Des courtiers à l’œuvre à la Bourse de New York.<br />
Photo: Agence Reuters Brendan McDermid Des courtiers à l’œuvre à la Bourse de New York.

New York — La Bourse de New York a fini en nette hausse hier, stimulée par un indicateur industriel étonnament solide aux États-Unis, qui lui permet de signer sa meilleure performance hebdomadaire depuis deux ans: le Dow Jones a gagné 1,4 % et le Nasdaq 1,5 %.

Selon les chiffres définitifs, le Dow Jones est monté de 168,43 points à 12 582,77 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 42,51 points à 2816,03 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 a progressé de 1,4 % (19,03 points) à 1339,67 points.

Les échanges sont restés limités avant un week-end prolongé par la fête nationale des États-Unis lundi.

Le Dow Jones a fini dans le vert toutes les séances de la semaine, sur laquelle il a bondi de 5,4 %, soit sa meilleure performance depuis juillet 2009. «C'est une semaine extrêmement positive: la situation de la Grèce s'est clarifiée, on a des indicateurs de l'industrie positifs», a résumé Clément Decombe, de Meeschaert Capital Markets.

Les indices boursiers new-yorkais ont décollé après la publication de l'indice ISM manufacturier aux États-Unis. Il est remonté à 55,3 % en juin, ce qui reflète une accélération de l'activité, alors que les économistes s'attendaient à le voir reculer à un niveau proche de la stagnation. «Ce chiffre est très positif: il suggère que le ralentissement de l'industrie observé en mai s'expliquait par les événements au Japon», où l'activité a été fortement perturbée après le séisme et le tsunami de mars, a commenté Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors. «Il semble de plus en plus que le ralentissement de l'économie était temporaire. Cela encourage les investisseurs à revenir sur le marché boursier», a-t-il ajouté.

Pour leur part, les prix du pétrole se sont légèrement repliés hier à New York, après trois séances de hausse, les intervenants empochant quelques bénéfices après la publication d'indicateurs économiques décevants en Europe et en Chine.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en août a terminé à 94,94 $US, en baisse de 48 ¢US par rapport à la veille. La nouvelle sur l'ISM a tempéré les statistiques industrielles publiées plus tôt en Chine, deuxième pays consommateur d'or noir, et en Europe, sans toutefois suffire pour faire repasser les cours dans le vert. En zone euro, la croissance de l'activité manufacturière a nettement ralenti en juin, l'indice PMI la mesurant tombant à son plus bas niveau depuis un an et demi. En Chine, le même indice a reculé à un niveau reflétant une quasi stagnation de l'activité.

Les cours avaient bondi d'environ 5 $US sur les trois séances précédentes, alors que le Parlement grec adoptait le budget de rigueur, puis sa loi d'application, qui doit permettre à la Grèce de recevoir de nouveaux fonds de ses partenaires européens et du FMI.