Nortel - Les brevets vendus 4,5 milliards à un regroupement d'entreprises

Toronto — L'ex-géant canadien Nortel Networks a vendu aux enchères tous les brevets qu'il possédait à un regroupement d'entreprises évoluant dans le domaine du logiciel pour la somme de 4,5 milliards $US.

Ce groupe est constitué de Waterloo, de l'Ontarienne Research In Motion, Apple, EMC, Ericsson, Microsoft et Sony. La part du fabricant du Blackberry se chiffrerait à approximativement 770 millions $US et celle d'Ericsson à 340 millions. Il écarte Intel et coupe l'herbe sous les pieds à Google, qui avait ouvert les enchères en avril en offrant 900 millions en espèces pour les brevets restants de Nortel. Le système Androïd de Google concurrence le iPhone d'Apple et le Blackberry de RIM.

L'enchère sur plusieurs jours a permis de vendre quelque 6000 brevets qui constituaient les derniers actifs de Nortel. Ils touchent à presque tous les aspects des télécommunications, notamment la recherche sur Internet et les réseaux sociaux. La vente devra obtenir l'approbation d'instances judiciaires canadiennes et américaines lors d'une audience commune le 11 juillet prochain.

La Cour supérieure de l'Ontario avait prolongé jusqu'au 14 décembre la période dont Nortel Networks bénéficie pour se restructurer à l'abri de ses créanciers. Ce délai a donné à l'ancien géant des télécommunications plus de temps pour compléter la vente de ses derniers actifs.

Selon le stratège en chef chez Nortel, George Riedel, l'importance et la valeur de cette transaction sont sans précédent, compte tenu de l'intérêt parmi les grandes entreprises de la planète. Nortel avait déjà annoncé qu'elle ne s'attendait pas à ce que ses actionnaires bénéficient des recettes de cette vente.

Une guerre des brevets est en cours entre les principaux constructeurs dans la téléphonie mobile, les poids lourds du secteur, dont Nokia, Samsung ou Apple, s'accusant mutuellement de violations de brevets. Dernier épisode en date: en réponse à une plainte d'Apple, Samsung a à son tour déposé une plainte plainte contre son rival — et partenaire dans les puces électroniques — et demandé l'arrête de l'importation des iPhones et iPad aux États-Unis cette semaine.

Géant des télécommunications jusqu'à l'éclatement de la bulle Internet, Nortel a déposé le bilan en janvier 2009 et a depuis liquidé la plupart de ses actifs, levant environ 3,2 milliards.

***

Avec La Presse canadienne