Qatar Airways veut plus de liaisons entre le Canada et le Qatar

Akbar al-Baker <br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Pierre Verdy Akbar al-Baker

Qatar Airways offrirait des liaisons directes quotidiennes vers Montréal et deux autres villes canadiennes si le gouvernement fédéral défendait les droits des passagers plutôt que les intérêts commerciaux d'Air Canada, a affirmé le p.-d.g. du transporteur, Akbar al- Baker.

«J'aimerais offrir le plus de vols possible dans le plus grand nombre possible de villes canadiennes», a soutenu M. Al-Baker jeudi, après avoir inauguré en conférence de presse la liaison Montréal-Doha qui sera offerte trois jours par semaine.

Il a toutefois refusé d'identifier les nouvelles portes d'entrée espérées, mais a affirmé qu'il planifiait faire pression sur Ottawa pour qu'il lui accorde davantage d'emplacements d'ici environ six mois en prouvant qu'il n'a pas fait mal à Air Canada.

Un nombre similaire de vols cargo sont offerts hebdomadairement, en plus de vols en provenance du Moyen-Orient.

Montréal est la quatrième destination nord-américaine la plus populaire de l'entreprise, après Houston, New York et Washington.

Le p.-d.g. au franc parler a soutenu que l'arrivée de Qatar dans le marché canadien fournissait aux passagers, principalement ceux qui ont des racines au Moyen-Orient, davantage d'options. Un vol aller-retour coûte environ 2300 $, incluant les taxes, pour une liaison directe d'une durée de 13 heures. C'est plusieurs centaine de dollars de plus que le trajet comprenant une escale en Europe mais dans une fraction du temps.

M. Al-Baker a aussi affirmé qu'Air Canada ne devrait pas avoir peur de la concurrence. «Il y a tellement d'occasions d'affaire en aviation que ce n'est pas nécessaire de mettre un concurrent hors-jeu», a-t-il dit, ajoutant qu'il était prêt à signer un accord de vols en partage de code avec Air Canada pour les vols qui font une liaison à Montréal. «En affaires, je peux même signer un pacte avec le diable», a-t-il soutenu.

Air Canada a poussé le gouvernement fédéral à ne pas accorder davantage de créneau d'atterrissage à Qatar et à ses rivaux Etihad Airways et Emirates.

Air Canada


«L'entente bilatérale actuelle permet de gérer le trafic entre les deux pays au-delà même de la capacité suffisante», a expliqué le porte-parole d'Air Canada, Peter Fitzpatrick dans un courriel.

Le transporteur s'est plaint que Qatar Airways, qui appartient partiellement à l'État, bénéficie d'un avantage injuste.

La compagnie du Moyen-Orient a fait part de son intérêt pour acheter 15 à 25 avions CSeries de Bombardier, qui seront les plus gros avions commerciaux de la compagnie canadienne. Toutefois, il n'a pas voulu préciser quant il passera la commande, qui a déjà été retardée.

Le transporteur aérien possède déjà quatre avions d'affaires de Bombardier dans sa flotte comprenant principalement des avions Airbus et Boeing.