Marché immobilier aux États-Unis - Les constructeurs sont pessimistes

Washington — Les constructeurs de maisons américains s'inquiètent toujours de la vigueur du marché de l'immobilier résidentiel, certains craignant même une nouvelle dégradation.

La vision qu'ont les constructeurs de leur industrie est restée inchangée en mai, a indiqué l'association nationale des constructeurs de maisons des États-Unis hier. Leur indice de confiance s'est fixé à 16 points lors de six des sept derniers mois. Tout score sous la barre des cinquante points suggère un sentiment négatif par rapport au marché immobilier. L'indice n'a pas dépassé cette barre depuis avril 2006.

Lorsqu'interrogés quant à leur vision des ventes de maisons unifamiliales dans les six prochains mois, les constructeurs ont exprimé leur vision la plus pessimiste depuis septembre dernier.

L'année dernière, le nombre d'Américains qui ont acheté des maisons déjà construites est tombé à son niveau le plus bas depuis 13 ans. Le marché des résidences nouvellement construites était encore davantage mal en point, atteignant des niveaux jamais vus depuis les années 50.

Les constructeurs se livrent une dure concurrence parce que le nombre de maisons reprises par les banques plombent le marché immobilier. Le prix médian des maisons neuves était supérieur de 34 pour cent en mars au prix médian pour une revente, un niveau beaucoup plus élevé que celui qui prévaut dans un marché immobilier vigoureux.

Les constructeurs ralentissent donc le rythme de leur travail. En mars, le nombre annualisé de maisons construites s'est fixé à 549 000 résidences, sous le niveau considéré comme acceptable par les économistes, soit 1,2 million de résidences par année.