En bref - Des minières dépossédées

Harare — Toutes les entreprises étrangères possédant des mines au Zimbabwe devront céder la majorité de leurs parts dans les six mois, selon de nouvelles réglementations publiées hier.

Les nouvelles règles étendent à toutes les sociétés le champ d'application d'une «loi d'indigénisation» publiée l'an dernier, qui obligeait les compagnies minières étrangères évaluées à 500 000 dollars de vendre au moins 51 % de leur capital à des Zimbabwéens. Le nouveau seuil est maintenant fixé à un dollar. «Une part majoritaire, ou 51 % des actions, doit être détenue par des Zimbabwéens indigènes dans les entreprises minières non indigènes», selon le texte publié hier dans le journal officiel du pays.